•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La première femme journaliste canadienne-française dans l'Encyclopédie Canadienne

Robertine Barry

Robertine Barry (Archives)

Photo : Domaine public

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

On peut désormais en apprendre davantage sur la première journaliste canadienne-française, Robertine Barry, en consultant l'Encyclopédie Canadienne.

Un texte de Julie Tremblay

L'Encyclopédie Canadienne regroupe des milliers d'articles sur divers personnages, moments et lieux qui ont marqué l'histoire du Canada.

C'est l'auteure rimouskoise Sergine Desjardins, qui a déjà consacré deux ouvrages à Robertine Barry, qui a rédigé la biographie de cette pionnière originaire de L'Isle-Verte.

Robertine Barry a commencé à travailler comme journaliste en 1891. C'est Honoré Beaugrand qui l'avait engagée pour travailler au journal La Patrie, dans lequel elle publiait, entre autres, une chronique hebdomadaire.

Elle défendait des idées qui n'étaient vraiment pas populaires à l'époque comme par exemple le droit des femmes à travailler, [...] l'accès à l'université, le droit de vote...

Sergine Desjardins, auteure

Dans son article, Sergine Desjardins affirme que Robertine Barry était à la fois adulée et méprisée par ses pairs. Elle rapporte entre autres de nombreuses prises de bec avec Henri Bourassa, qui fondera plus tard Le Devoir :

[Henri Bourassa] disait pendant ses conférences qu'il fallait battre les femmes qui défendaient des idées comme celles de Robertine.

Sergine Desjardins

Sergine Desjardins s'est dite heureuse que la détermination d'Albertine Barry et sa persévérance à faire des femmes les égales des hommes soit à nouveau soulignée, en plus des livres qu'elle lui a déjà consacrés.

« Les journalistes, pour Robertine Barry, étaient au premier rang des éducateurs. Elle disait à l'époque que le journal était la seule université des femmes », souligne Mme Desjardins.

Sergine Desjardins ajoute que les temps ont bien changé, mais qu'il est important de ne pas oublier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !