•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y a un an, le bris du pont de Nipigon coupait le Canada en deux

Le tablier s'était soulevé de 60 cm, dimanche le 10 janvier.
Le tablier s'était soulevé de 60 cm, dimanche le 10 janvier. Photo: Radio-Canada / Police provinciale
Radio-Canada

Le 10 janvier 2016, le tablier du pont tout neuf de Nipigon levait soudainement de 60 centimètres, rendant impraticable la traversée du seul lien routier entre l'est et l'ouest du pays. Mais pour le maire de la communauté de 1600 personnes, l'événement a eu des retombées positives.

Plusieurs automobilistes se sont arrêtés à notre station-service, à notre restaurant. Même à long terme, il y a eu des conséquences économiques positives sur notre communauté. Ce n'était pas majeur, mais tout de même intéressant.

Richard Harvey, maire de Nipigon

Selon le maire, l'incident a aussi permis au reste du Canada de parler de Nipigon pour autre chose que l'incendie majeur du 6 février 2007, à l'usine Multiply Forest Products.

Le brasier avait coûté l'emploi de quelque 130 personnes, une catastrophe pour cette ville mono-industrielle.

Richard Harvey estime que des gens de partout en Amérique du Nord ont entendu parler de la fermeture du pont de Nipigon et d'une réalité bien canadienne.

La route 17 dans le nord de l'Ontario entre Nipigon et Terrace Bay.La route 17 dans le nord de l'Ontario entre Nipigon et Terrace Bay. Photo : Photo : Martine Laberge

Le plus important, c'est qu'il a permis aux gens de découvrir qu'il n'y a qu'un seul lien pour traverser le Canada, et il est ici. La réalité, c'est que chaque hiver, la route transcanadienne est fermée, et même plus longtemps que ce qui s'est passé avec le pont, en raison des tempêtes.

Richard Harvey

La faute aux boulons

L'incident est survenu un dimanche après-midi.

À l'origine du problème : des boulons qui ont cédé en raison d'une surcharge de poids, et qui n'étaient pas assez « serrés ».

La conséquence : le tablier du pont a levé de 60 centimètres.

Maquette du dispositif de retenue installé sur la poutre maîtresse Nord du pont de Nipigon.Maquette du dispositif de retenue installé sur la poutre maîtresse Nord du pont de Nipigon. Photo : Ministère des Transports de l'Ontario

Dès le lundi, une voie a été rouverte à la circulation.

Mais il aura cependant fallu attendre presque deux mois avant un retour à la normale.

Le ministre des Transports Steven Del Duca sous le pont Nipigon. Le ministre des Transports Steven Del Duca sous le pont Nipigon. Photo : Martine Laberge

Pourtant, rien ne prédestinait à un bris.

Le pont de Nipigon avait été inauguré à peine quelques semaines plus tôt.

Il avait coûté 106 millions de dollars.

Des blocs de béton installés pour abaisser la structure.Des blocs de béton installés pour abaisser la structure. Photo : Martine Laberge

On dit qu'il a été conçu pour résister aux conditions climatiques extrêmes, y compris des températures en dessous de -40 degrés Celsius.

Je suis satisfait que les autorités aient identifié trois facteurs qui ont causé l'incident. Des mesures ont été prises pour éviter que ça se reproduise avec d'autres ponts.

Richard Harvey, maire de Nipigon

Des rapports d'ingénieurs sur l'incident ont conclu que les boulons au coeur du problème ont cédé à cause d'une surcharge de poids et qu'ils n'étaient pas bien serrés. D'autres facteurs, liés à la conception ou à l'installation de pièces, ont aussi contribué au problème.

Au cours des derniers mois, les consultants du ministère des Transports de l'Ontario ont travaillé à la conception d'un système de maintien en place du pont qui remplacera le système temporaire mis en place après le bris. L'entrepreneur a commencé en décembre le travail de préparation les travaux visant à mettre en place cette solution permanente. Les travaux devraient être terminés d'ici l'été.

Nord de l'Ontario

Transports