•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ambassadeur des États-Unis au Canada confirme son départ imminent

L'ambassadeur des États-Unis à Ottawa en entrevue à Radio-Canada.

L'ambassadeur des États-Unis à Ottawa, Bruce Heyman, en entrevue à Radio-Canada.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada avec CBC
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Bruce Heyman quittera Ottawa le 20 janvier prochain, jour de la cérémonie d'investiture du président désigné, Donald Trump.

Donald Trump a demandé le 23 décembre dernier aux ambassadeurs désignés par Barack Obama de quitter leur poste, selon le New York Times.

« Comme demandé, ma démission en tant qu'ambassadeur des États-Unis au Canada sera en vigueur le 20 janvier », a-t-il écrit sur Twitter.

Le tweet de M. Heyman suit de près celui de son homologue Mark Gilbert, ambassadeur des États-Unis en Nouvelle-Zélande, qui lui aussi indique qu'il quitte ses fonctions le 20 janvier.

Les précédents gouvernements aux États-Unis accordaient traditionnellement des prolongations pour permettre aux ambassadeurs, notamment ceux qui avaient des enfants scolarisés, de rester en poste encore quelques semaines ou quelques mois.

Le départ des ambassadeurs américains le 20 janvier pourrait laisser des postes vacants notamment dans des pays clés comme l'Allemagne, la Grande-Bretagne et le Canada.

Des précédents

La vacance de postes diplomatiques s'est déjà produite au Canada. Cela s'est produit lors du précédent changement de gouvernement entre les républicains et les démocrates.

David Wilkins, par exemple, avait été nommé ambassadeur des États-Unis au Canada par George W. Bush. Il a quitté son poste lors de l'investiture de Barack Obama en janvier 2009. David Jacobson a ensuite été nommé par le président Obama en août et n'est entré en fonction qu'en octobre.

Il y a aussi eu un intervalle de six mois entre le moment où James Blanchard, nommé par Bill Clinton, a commencé à son poste et le départ de Peter Teeley, alors ambassadeur sous George H. W. Bush.

Issu du milieu de la finance, l'ambassadeur Bruce Heyman avait été nommé à son poste à Ottawa en mars 2014 par Barack Obama.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !