•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

150e du Canada : « On veut être les boute-en-train du party! », dit Lisée

De gauche à droite : le député de Verchères, Stéphane Bergeron, le rappeur Rodolphe Demers, le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, l'historien Gilles Laporte et la militante Marie Imalta Pierre-Lys.

De gauche à droite : le député de Verchères, Stéphane Bergeron, le rappeur Rodolphe Demers, le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, l'historien Gilles Laporte et la militante Marie Imalta Pierre-Lys.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Parti québécois (PQ) a lancé vendredi son projet « L'autre 150e », une série d'événements visant à attirer l'attention sur des faits historiques qui, selon lui, pourraient être passés sous silence lors des festivités officielles du 150e anniversaire du Canada.

Le PQ n’entend pas pour autant perturber les célébrations canadiennes d'une quelconque manière ni tomber dans la « victimisation ou la rancœur », mais souhaite plutôt ajouter son grain de sel « contre la propagande » pendant les festivités, a assuré son chef, Jean-François Lisée, en conférence de presse.

On veut être les boute-en-train du party!

Une citation de : Jean-François Lisée, chef du Parti québécois

« Nous allons simplement mettre de la couleur québécoise et des épices dans la salade fade que l’on souhaitait nous servir », a-t-il expliqué.

Pour y arriver, le parti a rassemblé un petit groupe d’historiens bénévoles, qui a sélectionné 150 faits intervenus entre le Québec et la fédération canadienne.

L'historien Gilles Laporte cite en exemple l'opposition d'Honoré Mercier et de Wilfrid Laurier à l'adhésion du Québec à la Fédération canadienne. Ils y voyaient, selon lui, un obstacle à l'autonomie du Québec en raison du fait qu'elle centralisait les pouvoirs à Ottawa.

L’objectif est de présenter une histoire rigoureuse et objective qui aille au-delà des formules creuses.

Une citation de : Gilles Laporte, historien

Les événements seront donc soulignés tout au long de l’année le jour de leur survenance et se déclineront sous huit thèmes « afin de présenter un étalage complet des différentes formes de réalité historique », explique l'historien Gilles Laporte.

Ils seront portés par deux jeunes co-porte-parole : Marie Imalta Pierre-Lys, militante et chimiste d’origine haïtienne, et par Rodolphe Demers, mieux connu sous son surnom de rappeur « Rod Le Stod ».

Marie Imalta Pierre-Lys, militante et chimiste d’origine haïtienneAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Marie Imalta Pierre-Lys, militante et chimiste d’origine haïtienne

Photo : Radio-Canada

On veut montrer aux nouveaux Québécois et aux Québécois issus de la diversité, leur apprendre l'histoire du Québec à notre façon.

Une citation de : Marie Imalta Pierre-Lys, militante et chimiste d’origine haïtienne
 Rodolphe Demers, mieux connu sous son appellation de rappeur « Rod Le Stod »Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Rodolphe Demers, mieux connu sous son appellation de rappeur « Rod Le Stod »

Photo : Radio-Canada

On est ici pour donner un angle un peu plus objectif au 150e anniversaire du Canada.

Une citation de : Rodolphe Demers, rappeur québécois mieux connu sous le surnom de « Rod Le Stod »

Les événements se déploieront sous différentes formes, notamment par l’entremise de vidéos diffusées sur les réseaux sociaux.

Le parti affirme également être en coordination avec Option nationale, la Société Saint-Jean-Baptiste et le Bloc québécois pour mener à bien cette opération.

Le budget sera pris à même les fonds du Parti québécois.

Des festivités de grande envergure au Canada

Le quotidien The Globe and Mail a évoqué des sommes de 500 millions prévues par Ottawa pour financer les festivités, mais ces sommes n’ont pas été confirmées par le gouvernement canadien.

Pour célébrer le 150e anniversaire de la confédération, Ottawa, qui avait d'abord prévu une enveloppe de 210 millions, a financé plus une trentaine de projet et d’événements au pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !