•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un groupe dénonce la surpopulation de détenues à Terre-Neuve

Une prison vue de l'extérieur
L'établissement correctionnel pour femmes à Clarenville, Terre-Neuve-et-Labrador, est surpeuplé, affirme le groupe Safe Harbour Outreach Program. Photo: Radio-Canada

Un groupe qui travaille auprès des détenues de l'établissement correctionnel pour femmes de Clarenville, à Terre-Neuve-et-Labrador, presse les autorités provinciales de trouver des solutions à la surpopulation de détenues.

L'établissement correctionnel de Clarenville est surpeuplé, lance le groupe Safe Harbour Outreach Program. Heather Jarvis, membre du groupe, affirme que l'occupation maximale des cellules est double, voire triple. Elle dit que des détenues dorment sur des matelas à même le sol.

Pour réduire le problème, les autorités ont transféré plusieurs détenues au pénitencier de Sa Majesté, à Saint-Jean. Il s'agit d'un établissement pour hommes. Heather Jarvis estime que c’est une mauvaise solution de placer des femmes dans cette prison qu’elle juge dangereuse et qui, ajoute-t-elle, a grand besoin de rénovation.

Heather Jarvis veut voir le gouvernement s'attaquer à la base du problème, comme le manque de loyers abordables dans la province, les problèmes de santé mentale, la consommation de drogue et d'alcool ainsi que la pauvreté.

Régler ces autres problèmes peut changer les choses, selon elle. Plus d'espace dans une nouvelle prison ne changera rien, ajoute-t-elle.

Heather Jarvis en entrevueHeather Jarvis, membre du groupe Safe Harbour Outreach Program, recommande au gouvernement de régler des problèmes sociaux pour réduire le nombre de peines d'emprisonnement. Photo : Radio-Canada

De son côté, le ministre de la Justice, Andrew Parsons, voit comme solution à long terme la construction d'une plus grande prison. Il reconnaît cependant que ce n'est pas pour demain, étant donné la situation économique difficile de la province.

D’après le reportage de Philippe Grenier

Acadie

Société