•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Wildlife Haven : un centre de réhabilitation pour la faune du Manitoba

Max est l’un des ambassadeurs du centre de réhabilitation Wildlife Haven. Le Grand-duc d’Amérique adore se présenter en public. « Il réagit vraiment aux enfants », dit Roger Perron.

Max est l’un des ambassadeurs du centre de réhabilitation Wildlife Haven. Le Grand-duc d’Amérique adore se présenter en public. « Il réagit vraiment aux enfants », dit Roger Perron.

Photo : Radio-Canada / cg

Radio-Canada

Depuis plus de 30 ans, le Wildlife Haven Rehabilitation Centre s'occupe des animaux sauvages blessés et orphelins du Manitoba et du Nord-Ouest de l'Ontario. Dans une ancienne ferme laitière à Île-des-Chênes, au sud-est de Winnipeg, l'organisme sans but lucratif soigne ces animaux afin de les relâcher dans leur habitat naturel.

En 2016, le centre et ses 90 bénévoles ont accueilli plus de 1500 animaux sauvages blessés et orphelins du Manitoba de 120 différentes espèces.

Avro a perdu son oeil droit après un accident avec une voiture. Cette buse de Swainson ne pourra jamais survivre dans la nature parce qu’elle n’a plus de perception de profondeur. Avro est l’un des oiseaux ambassadeurs pour le programme scolaire du centre.

Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Avro a perdu son oeil droit après un accident avec une voiture. Cette buse de Swainson ne pourra jamais survivre dans la nature parce qu’elle n’a plus de perception de profondeur. Avro est l’un des oiseaux ambassadeurs pour le programme scolaire du centre.

Photo : Radio-Canada / cg

À l’heure actuelle, Wildlife Haven construit sur un terrain avoisinant un nouveau bâtiment à grande efficacité énergétique qui servira d’hôpital pour la faune et de centre éducatif pour le public.

Il manque 800 000 $ afin de pouvoir terminer la construction du nouveau centre de Wildlife Haven situé à Île-des-Chênes au Manitoba. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Il manque 800 000 dollars afin de pouvoir compléter la construction du nouveau centre de Wildlife Haven situé à Île-des-Chênes au Manitoba.

Photo : Radio-Canada / cg

« À date, nous avons prélevé 1,7 million de dollars. Nous ne voulons pas emprunter de l’argent, explique Roger Perron, le gestionnaire du projet et responsable de la campagne de financement de 2,5 millions de dollars. Je remplis continuellement des demandes de financement en essayant différentes approches. Je dois dire que les dons généreux des Richardson et de Trans Canada nous ont beaucoup aidés. »

Roger Perron (à droite) discute avec le contractant Jean-Claude Gratton, de Sainte-Agathe, qui a développé les plans et qui s’occupe de la construction de l’édifice.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Roger Perron (à droite) discute avec le contracteur Jean-Claude Gratton de Sainte-Agathe qui a développé les plans et qui s’occupe de la construction de l’édifice.

Photo : Radio-Canada / cg

Le bâtiment en construction est situé à l’est du village sur un terrain clôturé d’environ 18 acres. Il comprend un étang avec quai, un verger et une aire d’herbes hautes des Prairies. Des trottoirs pour personnes à mobilité réduite ont été installés, et on prévoit l’installation d’un amphithéâtre extérieur et d’enclos pour héberger les animaux en réhabilitation.

Un jeune aigle à tête blanche commence à muer. On l’entraîne afin de pouvoir le présenter devant un public. 
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un jeune aigle à tête blanche commence à muer. On l’entraîne afin de pouvoir le présenter devant un public.

Photo : Radio-Canada / cg

« C’est tellement important pour les jeunes d’apprendre au sujet des animaux sauvages, explique M. Perron. Nous avons de grands oiseaux que nous ne pouvons pas amener dans les écoles. Au nouveau centre, nous pourrons accueillir des classes et leur présenter ces espèces. »

Tiffany Lui est la seule employée à temps plein à Wildlife Haven, où elle est coordonnatrice des soins aux animaux depuis quatre ans. Des tableaux indiquent, pour les bénévoles, les horaires des repas et les médicaments à donner.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Tiffany Lui est la seule employée à temps plein à Wildlife Haven où elle est coordonnatrice des soins aux animaux depuis quatre ans. Des tableaux identifient, pour les bénévoles, les horaires des repas et les médications à donner.

Photo : Radio-Canada / cg

Le Wildlife Haven n’a pas son propre vétérinaire. Il reçoit un service gratuit du Centennial Veterinary Hospital, à Winnipeg, et il travaille aussi en partenariat avec l’Université du Manitoba.

« Nous sommes situés à 20 minutes de l’Université du Manitoba, donc beaucoup d’étudiants qui veulent devenir vétérinaires font du bénévolat ici, explique M. Perron. Et, si les animaux meurent, nous pouvons les amener à l’Université pour qu’ils puissent les vérifier pour des parasites ou d'autres choses. »

Chaque rapace utilisé pour fin éducative à Wildlife Haven a son gant de fauconnerie qui l’identifie.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Chaque rapace utilisée pour fin éducative à Wildlife Haven a son gant de fauconnerie qui l’identifie.

Photo : Radio-Canada / cg

Le centre de réhabilitation a, entre autres, soigné et relâché avec succès des harfangs des neiges, un lynx, des aigles, des renards, des coyotes et des salamandres.

Le centre n’est pas autorisé pour traiter les chevreuils, les ours, ni les moufettes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le centre n’est pas autorisé pour traiter les chevreuils, les ours ou les moufettes.

Photo : Radio-Canada / cg

Depuis ses débuts, plus de 35 000 animaux ont été pris en charge par le Wildlife Haven Rehabilitation Centre.

Manitoba

Animaux