•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un étudiant accusé de cyberattaques à l’Université de l’Alberta

L'Université de l'Alberta

L'Université de l'Alberta à Edmonton.

Photo : ICI Radio-Canada / Samuel Danzon-Chambaud

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un étudiant de l'Université de l'Alberta fait face à de nombreuses accusations en rapport avec une cyberattaque sur des ordinateurs appartenant à l'Université de l'Alberta.

L’étudiant âgé de 19 ans a été inculpé de cybercriminalité, de méfaits concernant les données informatiques, d'utilisation non autorisée de services informatiques, d'interception frauduleuse des fonctions d'un système informatique et d'utilisation d'un système informatique dans l'intention de commettre une infraction.

Les Services de protection de l'Université de l'Alberta ont avisé la police d'Edmonton à la fin du mois de novembre, après avoir découvert un logiciel malveillant sur le réseau de l'université.

Ce genre de logiciel permet à l’auteur de la cyberattaque de prendre le contrôle d'un système et de, potentiellement, voler des informations.

Le Service d'enquête sur les crimes cybernétiques du Service de police d'Edmonton a lancé une enquête peu de temps après.

Le sergent Phil Hawkins, de l'unité d'enquêtes sur les crimes cybernétiques du Service de police d’Edmonton, a confirmé que deux incidents se sont déroulés, le premier, le 17 décembre, et le second, le 8 décembre.

Au total, 304 ordinateurs et potentiellement 3323 mots de passe appartenant aux étudiants, au personnel et au corps professoral pourraient avoir été touchés.

L'Université de l’Alberta a assuré aux étudiants et au personnel que leurs systèmes informatiques étaient désormais sécurisés.

« Nous n'avons eu aucune indication de l'utilisation réelle de l'information compromise ou qu'une personne a effectivement subi une violation de sa vie privée », a déclaré Gordie Mah, l'agent principal de la sécurité de l'information de l'université.

Il a mentionné que toute personne potentiellement touchée a été interrogée après les incidents.

Gordie Mah en a profité pour rappeler l'importance de protéger sa vie privée en surveillant son propre ordinateur.

« Un mot de passe suffisamment fort, que vous n'utilisez pas sur plusieurs comptes, est valorisé. Il faut aussi s'assurer de ne pas cliquer sur des liens ou des pièces jointes de courriels suspects », a-t-il mentionné.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !