•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poursuite de 450 millions de dollars contre Bombardier

L'usine de Bombardier, à Montréal

L'usine de Bombardier, à Montréal

Photo : Christinne Muschi / Reuters

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une entreprise américaine a indiqué avoir lancé une poursuite en justice contre Bombardier, accusant l'avionneur montréalais de ne pas avoir payé certains frais liés à la conception des ailes de son jet d'affaires Global 7000.

Triumph Group a dévoilé, dans un document réglementaire déposé auprès de la commission des valeurs mobilières des États-Unis (la Securities and Exchange Commission, ou SEC) qu'une de ses filiales avait déposé la poursuite le 22 décembre devant la Cour supérieure du Québec.

Elle cherche à obtenir une indemnité pour des changements qui, selon elle, ont été commandés par Bombardier lors du design original des ailes de l'avion.

D'après le document, la poursuite de Triumph Aerostructures cherche à obtenir environ 340 millions de dollars américains (450 millions de dollars canadiens).

Allégations sans fondement, selon Bombardier

Un porte-parole de Bombardier a dit croire que les allégations de Triumph Aerostructures sont sans fondement et a ajouté que la société avait l'intention de se défendre.

Bombardier n'a pas encore émis un exposé de sa défense. La société fait cependant valoir que les changements au contrat ont été apportés par les deux parties, et elle juge que ceux-ci étaient conformes aux termes du contrat avec Triumph, a expliqué le porte-parole.

Triumph a dit qu'elle appuyait toujours le programme Global 7000 de Bombardier. Ce jet d'affaires a effectué son vol inaugural en novembre et doit entrer en service en 2018.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !