•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le virus de la grippe devrait sévir dans les prochaines semaines

Un malade se mouche

La saison de la grippe atteint normalement son sommet au cours des mois de janvier et février.

Photo : Radio-Canada / CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La saison de la grippe n'a pas encore atteint son apogée dans la région. La médecin-conseil en maladies infectieuses à la Direction de la santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue signale que le virus circule dans la région.

Avec les informations d'Émilie Parent-BouchardTwitterCourriel 

Selon Dre Nicole Bouchard, les données épidémiologiques disponibles permettent d'anticiper que le pic de la grippe sera à nos portes d'ici quelques semaines. Elle précise donc qu'il est encore temps de se faire vacciner.

« Le virus qui prédomine actuellement, c'est un virus de type A H3N2 qui, par bonheur, est la « bonne recette » si je peux dire. C'est-à-dire que le virus est bien apparenté à la souche qui a été utilisée pour faire le vaccin. C'est ce qui peut nous permettre d'espérer une protection optimale grâce à la vaccination. Il faut cependant spécifier que le vaccin est efficace chez à peu près une personne sur deux », explique-t-elle.

Vaccins pour personnes à risque

Dre Nicole Bouchard rappelle qu'il reste des stocks de vaccins aux quatre coins de la région. Elle indique que certains groupe de population sont particulièrement à risque :

« Les personnes qui auraient omis de le faire sont les personnes qu'on invite à se faire vacciner, [particulièrement] les personnes âgées de 65 ans et plus et les personnes qui ont des problèmes de santé chronique, en particulier les maladies pulmonaires, les maladies cardiaques, le diabète, les cancers. Ce sont des personnes qui sont à risque accru de développer des complications à la suite de la grippe qui vont entraîner une hospitalisation, par exemple la pneumonie », ajoute-t-elle.

Il est à noter que la Direction de la santé publique ne déplore aucune éclosion de gastro-entérite en milieu hospitalier ou dans les résidences pour personnes âgées de la région pour le moment.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !