•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Se tenir à 1,5 m des cyclistes : une loi à adopter au pays croit Louis Garneau

La sécurité à vélo.
La sécurité à vélo. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La communauté cycliste canadienne a rapidement réagi à l'annonce du décès de l'athlète néo-brunswickoise Ellen Watters, mercredi. Ce n'est qu'une raison de plus, estime Louis Garneau, pour poursuivre la discussion sur la sécurité à vélo.

Un texte d'Émilie Pelletier

« Je me suis dit ‘’pas encore, c’est pas vrai, une autre cycliste victime d’un accident de la route’’ », a été la première réaction de Louis Garneau, lorsqu'il a appris la nouvelle.

Louis Garneau, cycliste et homme d'affaires du Québec.Louis Garneau, cycliste et homme d'affaires du Québec. Photo : Radio-Canada

Cette figure bien connue s’est empressée de réagir sur les réseaux sociaux, où il somme le gouvernement fédéral d’exiger qu’une loi forçant les automobilistes à garder une distance de 1,5 m avec les cyclistes soit adoptée. Une réglementation qui sera imposée dès le printemps au Québec. « Ça devrait être partout au Canada », soutient l’homme d’affaires et cycliste bien connu.

 

Ce dernier croit que c’est d’autant plus important que le nombre de cyclistes ne fera qu’augmenter sur les routes dans les prochaines années. « Il faut apprendre à cohabiter, [il] faut être patient. »

« On ne veut plus perdre des gens comme ça [une athlète comme Ellen Watters ni] aucun cycliste à travers le pays », a-t-il sommé.

La « peur » de se retrouver sur la route

Luc Arsenau cumule 20 ans de travail dans le milieu du cyclisme et il affirme avoir de plus en plus peur pour les athlètes.

[Je ressens] une peur d'exécuter mon travail, de faire des camps d'entraînement avec des groupes de cyclistes.

Luc Arsenau, entraîneur de développement chez Cyclisme Canada

Ce dernier était anciennement entraîneur-chef au Centre national de cyclisme - Canada Atlantique et il oeuvre maintenant auprès de Cyclisme Canada.

L’entraîneur a voyagé et fait du vélo « un peu partout dans le monde » et il assure que cette inquiétude ne va qu’en augmentant.

M. Arsenau rappelle systématiquement à ses coureurs les mesures de sécurité et croit que ce travail de « conscientisation » est crucial.

« Les voitures sont très distraites [et] je suis très inquiet. » L’enseignant de cyclisme admet tout de même que les cyclistes ont aussi leur part de responsabilité, mais à son avis, le téléphone portable au volant est l'un des facteurs qui font augmenter le nombre d’accidents.

Cyclisme

Société