•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Château Inn de Val-d'Or deviendrait un immeuble à logements sociaux

Le projet du Château Marie-Êve

Le projet du Château Marie-Êve

Photo : Gracieuseté La Piaule

Radio-Canada

Un nouveau projet de la Piaule de Val-d'Or pourrait voir le jour. L'organisme vient d'acquérir Le Château Inn, dans le but de le transformer en une quarantaine de logements sociaux.

D'après un reportage deSandra Ataman TwitterCourriel 

Projet d’envergure

L'immeuble porterait le nom de Château de Marie-Ève, en l'honneur de Marie-Ève Charron, une utilisatrice de la Piaule, retrouvée morte l'année dernière. Le Château de Marie-Ève serait situé sur la 3e avenue à Val-d'Or. Le projet évalué à 7 millions de dollars consiste à transformer l'immeuble en une quarantaine de logements sociaux. Les résidents aurait aussi accès à un suivi psychosocial.

La nouvelle directrice-générale de la Piaule de Val-d'Or, Nancy Lahaie, explique que le but de ce cette initiative est de favoriser la réinsertion sociale.

Nous notre but avec ces logements là c'est d'être capable de leur donner un toit parce que c'est la base, manger, dormir et avoir un toit sur la tête.

Nancy Lahaie
Service de repas à La Piaule de Val-d'Or

Service de repas à La Piaule de Val-d'Or

Photo : Radio-Canada / Sandra Ataman

Le projet serait financé en partie par la Société d'Habitation du Québec et la Ville de Val-d'Or. La Piaule doit toutefois trouver 1 500 000 $ dans la communauté d'ici les prochains 90 jours si elle veut voir son projet se concrétiser.

Contrer l'itinérance à Val-d'Or

Le Château Inn faisait partie des biens saisis lors de l'Opération Écrevisse qui a permis l'arrestation Serge Pomerleau, Denis Lefebvre et Yves Denis, condamnés à de lourdes peines pour trafic de stupéfiants et gangstérisme.

Le député d'Abitibi-Est, Guy Bourgeois voit toutefois le projet du Château de Marie-Ève comme une solution pour contrer l'itinérance à Val-d'Or.

« D'avoir un édifice dédié spécifiquement aux plus lourds cas, qui soit localisé en lien avec le centre où se déroule cette situation -là, va permettre j'en suis convaincu aux intervenants d'avoir des outils beaucoup mieux adaptés et qui va nous lancer justement dans une solution face à cette problématique-là », soutient-il.

Il ajoute que sa réussite passe par une collaboration entre différents partenaires comme le Centre intégré de santé et des services sociaux.

Abitibi–Témiscamingue

Pauvreté