•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un juge amossois présidera l'enquête publique sur les relations avec les Autochtones

L'émission <i>Enquête</i> a recueilli le témoignage troublant de plusieurs femmes autochtones.

L'émission Enquête a recueilli le témoignage troublant de plusieurs femmes autochtones.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

C'est le juge à la retraite Jacques Viens qui présidera la commission « Écoute réconciliation et progrès ». Des audiences se dérouleront à Val-d'Or, mais aussi dans les communautés autochtones au Québec. Jacques Viens est né à Amos et y a pratiqué le droit pendant une grande partie de sa carrière.

Un texte d’Émilie Parent-BouchardTwitterCourriel 

Né à Amos en 1947, Jacques Viens est admis au barreau du Québec en 1971. Il pratique le droit à Amos, jusqu'à sa nomination comme juge à la Cour supérieure du Québec, en 1984.

Il siège pendant 30 ans, dont 25 comme responsable du district de l'Abitibi. À ce titre, il verra notamment le territoire du Nunavik entrer sous sa responsabilité, en 1990.

Les premiers procès criminels avec jury tenus à Kuujjuarapik, à Kuujjuaq et à Puvirnituq sont d'ailleurs présidés par le juge Viens.

Le premier ministre Philippe Couillard a précisé que sa nomination avait été faite après consultation auprès des Autochtones.

Le juge Jacques Viens a déclaré par voie de communiqué ne pas vouloir faire de commentaire sur la création de la commission.

Il consacrera les prochaines semaines à la préparation matérielle, à la constitution d'une équipe de soutien, ainsi qu'à l'établissement d'un plan de travail pour accomplir son mandat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !