•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attaque à Berlin : un camion fauche 12 personnes dans un marché de Noël

Le camion qui a foncé sur une foule près d'un marché de Noël à Berlin

Photo : Reuters/Fabrizio Bensch

Radio-Canada

Un camion a foncé dans la foule, lundi soir, près d'un marché de Noël à Berlin. Il a fait au moins 12 morts et une quarantaine de blessés, selon la police berlinoise.

Un suspect, qui pourrait être le chauffeur du camion, a été arrêté à proximité de la scène de crime. Les autorités ont également découvert le corps d'un autre homme, identifié comme étant d'origine polonaise, dans la cabine du poids lourd. Il a été tué par balle.

Lundi soir, la police cherchait toujours à confirmer si l'homme arrêté était bel et bien le chauffeur du véhicule.

La police évoque un acte délibéré et étudie la thèse de l'attentat. « Nos enquêteurs estiment que le camion a été intentionnellement dirigé dans la foule », a-t-elle indiqué sur Twitter, mardi matin.

La veille, le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière avait invité à la prudence en affirmant que toutes les pistes étaient étudiées.

Le camion, immatriculé en Pologne, était chargé d'acier et devait effectuer une livraison en Allemagne, mais la compagnie mère avait perdu le contact avec son chauffeur en fin d'après-midi lundi.

Selon des rumeurs de plus en plus persistantes, le camion aurait été volé. Le chauffeur légitime du camion aurait été assassiné par le voleur et c'est ce dernier qui aurait manoeuvré le véhicule dans l'intention de commettre l'attaque.

Une attraction populaire

Le marché où s'est produit le drame se situe sur Breitscheidplatz, dans l'ouest de la capitale allemande, au pied de l'église du Souvenir, un lieu de culte qui a été partiellement détruit durant la Seconde Guerre mondiale et qui est censé rappeler les ravages de la guerre.

Selon plusieurs observateurs, il est difficile d'y rouler vite, surtout en cette période de l'année où l'endroit est encombré de piétons. Le marché serait également difficilement accessible en voiture.

Des policiers établissent un périmètre de sécurité sur les lieux de l'attaque qui a coûté la vie à au moins 12 personnes, à Berlin, en Allemagne.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des policiers établissent un périmètre de sécurité sur lieux de l'attaque qui a coûté la vie à au moins neuf personnes, à Berlin, en Allemagne.

Photo : Reuters / Fabrizio Bensch

Une femme est transportée par les services de secours.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une femme est transportée par les services de secours sur le site d'un marché de Noël de Breitscheidplatz, situé dans l'ouest de Berlin.

Photo : Reuters / Fabrizio Bensch

Des policiers montent la garde.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des policiers montent la garde dans le marché de Noël de Breitscheidplatz, situé à l'ouest de Berlin, où un camion a foncé sur la foule, faisant plusieurs morts et plusieurs blessés.

Photo : Reuters / Fabrizio Bensch

La police a d'abord appelé les Berlinois à rester chez eux, mais a affirmé un peu plus tard que rien ne donnait à croire qu'il pourrait y avoir d'autres menaces pour la population.

Les marchés de Noël font partie de la tradition des Fêtes en Allemagne. Il y en a un peu partout au pays et sont abondamment fréquentés par les Allemands, mais également par les touristes, comme l'explique Nick Spicer, journaliste travaillant à Berlin.

« C’est un lieu où les gens vont après le travail, pour boire du vin chaud, manger une saucisse et bavarder un peu. C’est un lieu commercial, en plein centre-ville, où il y a énormément de gens, énormément de touristes aussi. On n’a aucune idée quant à l’identité des victimes. Il ne faudrait pas s’étonner de voir des étrangers dans le lot, malheureusement. »

Si vous cherchiez à blesser un maximum de gens avec un camion, c'est le genre d'endroit où vous iriez.

Nick Spicer, journaliste travaillant à Berlin
 

Les policiers sont sur le pied d'alerte depuis plusieurs jours en Europe parce que planaient des menaces d'attentats. La sécurité avait d'ailleurs été renforcée aux alentours des marchés de Noël en Allemagne.

L'Allemagne en deuil

La chancelière allemande, Angela Merkel, a été informée de la situation par son ministre de l'Intérieur et le maire de Berlin.

« Nous sommes en deuil et espérons que les nombreux blessés vont pouvoir recevoir de l'aide », a dit le porte-parole de Mme Merkel, Steffen Seibert, sur son compte Twitter, lundi, évoquant les « nouvelles effroyables » qui parvenaient de la capitale.

Le maire de Berlin, Michael Müller, s'est déplacé sur les lieux de l'attaque, lundi soir. Questionné par les journalistes, il avait alors choisi de demeurer prudent en expliquant qu'il était encore trop tôt pour parler d'attentat terroriste, même si tous les signes semblaient pointer dans cette direction.

« Nous espérons que nos craintes ne se sont pas réalisées, qu’il ne s’agisse pas d’un attentat. Nous allons attendre de voir et d’analyser les preuves », avait-il déclaré.

Ce qui vient de se produire est dramatique, c’est un choc pour nous tous.

Le maire de Berlin, Michael Müller

Un camion fonce sur un marché de Noël à Berlin.

La communauté internationale réagit

L'attaque de lundi n'est pas sans rappeler l'attentat de Nice, qui a fait 86 morts en France le 14 juillet dernier. Un poids lourd conduit par Mohamed Lahouaiej Bouhlel avait foncé dans la foule réunie pour assister au feu d'artifice de la fête nationale. Le groupe armé État islamique s'était attribué la responsabilité de la tuerie.

D'ailleurs, l'événement de Berlin a des répercussions en France, où le ministre de l'Intérieur a annoncé que la sécurité des marchés de Noël serait renforcée.

« Les Français partagent le deuil des Allemands face à cette tragédie qui frappe toute l'Europe », a par ailleurs déclaré le président François Hollande dans un communiqué diffusé par l'Élysée.

Le président américain désigné, Donald Trump, s'est quant à lui prononcé sur l'ensemble des événements tragiques qui ont secoué l'Europe lundi – en Turquie, en Suisse et en Allemagne –, en affirmant que ce n'était qu'un début et que le monde occidental devait « se réveiller » .

Un représentant de la Maison-Blanche a mentionné que les États-Unis étaient prêts à collaborer à l'enquête allemande si nécessaire.

Le ministre canadien des Affaires étrangères, Stéphane Dion, s'est gardé de faire des commentaires sur la nature de l'attaque et a plutôt choisi d'offrir ses condoléances aux proches des victimes. Son message a été retweeté par le premier ministre canadien, Justin Trudeau.

Affaires mondiales Canada a par ailleurs invité les Canadiens présentement en sol allemand à faire preuve de prudence et à suivre les indications des autorités locales, en rappelant qu'ils pouvaient contacter les autorités consulaires en cas de besoin.

Avec les informations de Reuters, Agence France-Presse, et CBC

International