•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Frederick Gingras jugé apte à comparaître

Dessin de cour de Frederick Gingras

Frederick Gingras

Photo : Dessin de cour

Radio-Canada

Accusé de deux meurtres, Frederick Gingras, un homme de 21 ans arrêté au terme d'une cavale qui l'a mené de Pointe-aux-Trembles à Brossard, dans la nuit du 4 au 5 décembre, demeurera à l'Institut Philippe-Pinel au moins jusqu'au 7 mars prochain, date de reprise des procédures le concernant.

Gingras est jugé apte à subir son procès, en vertu d'une décision rendue vendredi, après une évaluation psychiatrique. Son médecin estime qu'il doit poursuivre ses traitements au moins pour les trois prochains mois. Frederick Gingras est à l'Institut depuis sa comparution initiale, le 6 décembre.

L'accusé est apparu beaucoup plus calme devant le tribunal, vendredi. Une proche, qui n'a pas voulu s'identifier, était assise dans la première rangée et montrait beaucoup d'émotion. Elle a envoyé la main à Gingras et ils ont échangé des regards.

Il fait face à deux accusations de meurtre au premier degré et à deux autres de tentative de meurtre. Frederick Gingras est accusé d'avoir abattu une mère de famille, Chantal Cyr, dans le stationnement d'une station-service du quartier Pointe-aux-Trembles, et d'avoir assassiné un homme, James Jardin.

Des proches ont déjà mentionné qu’il souffrait de schizophrénie, mais qu’il ne prenait pas ses médicaments et qu'il avait des problèmes de toxicomanie.

L'avocat de l'accusé, Me Kaven Morasse, envisage la défense de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux. Il a toutefois précisé qu'il n'avait pas encore de position claire à ce sujet.

La Couronne ne sait pas encore si d'autres chefs d'accusation pourraient s'ajouter lorsque Frederick Gingras reviendra devant le tribunal, le 7 mars. Il sera alors déterminé s'il demeurera à Philippe-Pinel où s'il sera transféré dans une prison ordinaire.

On saura aussi si l'accusé choisira de renoncer à une enquête préliminaire pour aller directement en procès.

Avec les informations de Geneviève Garon

Grand Montréal

Justice et faits divers