•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’immigration et le financement au coeur des recommandations du Comité permanent des langues officielles

Langues officielles
Pictogramme anglais-français Photo: tpoirier

Le Comité permanent des langues officielles vient de déposer son plan d'action en matière de langues officielles, à l'issue des consultations lancées par le ministère du Patrimoine canadien et tenues à travers le pays de juin à novembre.

Le rapport intitulé « Vers un nouveau plan d’action pour les langues officielles et un nouvel élan pour l’immigration francophone en milieu minoritaire » contient 16 recommandations pour orienter la prochaine stratégie du gouvernement fédéral en matière de langues officielles.

Politique officielle d’immigration

Sur les 16 recommandations, sept concernent l’immigration. Dans l'ensemble, le comité demande au ministère de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté de soutenir le développement des communautés anglophones ou francophones en situation minoritaire à l’aide de l’immigration.

Parmi les recommandations les plus importantes de ce volet, le comité réclame à Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada de mettre en place une politique officielle d’immigration pour « accroître le poids démographique des communautés linguistiques en milieu minoritaire ».

Il recommande dans cette optique que « la priorité soit accordée aux immigrants identifiés par les communautés » en situation minoritaire et que ces dernières bénéficient de financement pour agir en tant que « partenaires du gouvernement fédéral dans le recrutement des immigrants ».

Selon le comité, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada devrait finalement bonifier ses programmes existants afin d’assurer que les « communautés puissent offrir une gamme complète de services en immigration qui soient de qualité égale à ceux qui sont offerts par la majorité ».

Bonifier le financement

Dans le volet du financement, le comité réclame principalement que le gouvernement du Canada bonifie l’appui financier accordé aux communautés en situation minoritaire. Plus particulièrement, il recommande qu’une partie du budget 2016 accordé à la petite enfance soit réservée au développement des services de ce domaine dans les communautés en situation minoritaire.

Le comité demande également qu’un nouveau Protocole d’entente pour l’éducation dans la langue de la minorité soit élaboré, en mettant en oeuvre l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés qui concerne la gestion scolaire.

Accueil favorable

Des organismes du pays comme la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) ou la Fédération nationale des conseils scolaires francophones (FNCSF) accueillent favorablement le rapport.

En Saskatchewan, la présidente de l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF), Françoise Sigur-Cloutier, estime que le rapport regroupe la plupart des préoccupations de l’ACF.

Elle se demande toutefois comment les recommandations seront reçues par le gouvernement de la Saskatchewan.

Toutes les recommandations qui sont faites touchent pratiquement des ministères provinciaux. Donc, c'est là que va être le problème, c'est comment on va pouvoir faire passer ces préoccupations et ces recommandations à la province.

Françoise Sigur-Cloutier, présidente de l'ACF

Au total, 22 communautés à travers le Canada ont été visitées dans le cadre des consultations du gouvernement fédéral.

Saskatchewan

Francophonie