•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une librairie féministe ouvre ses portes à Montréal

Les tablettes de la librairie l'Euguélionne
Les tablettes de la librairie l'Euguélionne Photo: Radio-Canada / Cécile Gladel
Radio-Canada

L'Euguélionne, une librairie féministe fondée par un collectif de jeunes, a ouvert ses portes jeudi dans le quartier gai à Montréal.

Un texte de Cécile Gladel Twitter Courriel  

L’ouverture de la librairie a été permise grâce à une campagne de sociofinancement lancée en mars dernier. Son nom vient de l’ouvrage considéré comme le premier roman féministe écrit au Québec, L'euguélionne de Louky Bersianik, paru en 1976. Un roman de science-fiction.

« C’est un essai de réflexion sur les rapports de genre, sur la place du genre féminin dans la langue. C’est un roman qui est peu connu, peu lu, peu étudié et peu enseigné. Choisir ce nom, c’est s’inscrire en filiation avec une tradition littéraire féministe québécoise et un travail de mémoire », explique l’une des membres du collectif fondateur de la librairie, Camille Toffoli.

On trouve aussi des bandes dessinées à l'EuguélionneOn trouve aussi des bandes dessinées à l'Euguélionne Photo : Radio-Canada / Cécile Gladel

Des livres sans stéréotypes

Sur les tablettes de L’Euguélionne, plus 2000 livres de femmes se côtoient, des essais féministes aux romans de Kim Thúy et Anaïs Barbeau-Lavalette. Des cartes postales, des imprimés et des affiches d’artistes féminines s’y trouvent aussi.

On a aussi des femmes qui représentent la diversité culturelle et la diversité sexuelle. Notre objectif est de mettre de l’avant des livres qui sont moins accessibles ailleurs, qui sont marginalisés, qui n’ont pas leur place dans une librairie plus généraliste. On veut leur donner une place spéciale et les faire dialoguer ensemble, les mettre sur une même table, les rendre accessibles et les faire connaître.

Camille Toffoli

Pour ses libraires, la librairie L’Euguélionne ne se veut pas le lieu d’un seul, mais de plusieurs féminismes. « C’est important pour nous qu’autant une étudiante ou une chercheure en études féministes puisse trouver l’ouvrage spécialisé qu’elle n’a pas lu que le parent qui souhaite garnir la bibliothèque de son enfant de livres jeunesse sans stéréotypes de genre. On veut que ce soit accessible au plus grand nombre possible. Parce que le féminisme, c’est pour tout le monde », ajoute Sandrine Bourget-Lapointe, une autre des cofondatrices.

L'offre variée de la librairie féministeL'offre variée de la librairie féministe Photo : Radio-Canada / Cécile Gladel

Pourquoi une librairie?

Alors que le milieu du livre vit des moments difficiles et que plusieurs librairies ont fermé dans les dernières années, pourquoi ouvrir une telle librairie? N’est-ce pas un pari risqué?

« C’est sûr que ce n’est pas le créneau le plus lucratif. Si on voulait devenir millionnaires, ce n’est pas ça qu’on aurait fait. Mais il y a indéniablement un besoin et un regain d’intérêt pour les librairies indépendantes. Même si on craint un peu les géants comme Renaud-Bray et Archambault et les sites comme Amazon, ce que les gens cherchent au final, ce n’est pas juste avoir un produit, c’est la relation avec un libraire, avoir un lieu, avoir des suggestions et être dans un endroit inspirant pour découvrir ces oeuvres », pense Camille Toffoli.

La librairie sera plus qu’un lieu de vente de livres, mais aussi un lieu de rassemblement où des événements seront organisés.

Les boîtes des livres en soldeLes boîtes des livres en solde Photo : Radio-Canada / Cécile Gladel

Un collectif derrière le projet

Cette librairie située rue Beaudry est fondée par un collectif de six jeunes qui souhaitent mettre en valeur les femmes dans la littérature comme dans le marché du livre.

Les membres du collectif fondateur, Marie-Ève Blais, Sandrine Bourget-Lapointe, Stéphanie Dufresne, Nicolas Longtin-Martel, Karine Rosso et Camille Toffoli, entendent aussi organiser un festival féministe, en février, auquel participeront notamment Catherine Mavrikakis, Chloé Savoie-Bernard et Julie Delporte.

« C’est un projet féministe, mais on a aussi un volet LGBTQ et anticolonialiste. C’est une communauté, L’Euguélionne. Nous sommes une coop de solidarité, nous, on est membres travailleuses, mais il y a aussi des membres de soutien qui nous aident à penser ce projet et des membres utilisatrices », ajoute Camille Toffoli.

Dans les prochains mois, un café ouvrira dans la librairie qui entend devenir un lieu de référence sur le féminisme. Une boutique en ligne est aussi offerte sur leur site web (Nouvelle fenêtre). La librairie est située au 1426, rue Beaudry à Montréal.

La vitrine de la librairie L'EuguélionneLa vitrine de la librairie L'Euguélionne Photo : Radio-Canada / Cécile Gladel

Pour souligner cette ouverture, le collectif fondateur conseille des œuvres à offrir à Noël pour faire découvrir les différents courants féministes et la variété de la littérature qui est produite. Voici leur sélection :

Dix livres féministes à offrir en cadeau pour Noël

Caresses magiques, vol. 1 et 2 (Nouvelle fenêtre), collectif. Rassemble les textes d’une pluralité des femmes qui cherchent à faire tomber les tabous en livrant des témoignages autour de leur sexualité.

Déterrer les os de Fanie Demeule (Nouvelle fenêtre) (Hamac). L’auteure raconte le rapport conflictuel avec son corps, son poids et son alimentation, contre lequel elle doit lutter depuis des années. Ce premier roman donne à comprendre l’anorexie à l’extérieur des discours médicaux et des conceptions normatives.

Le féminisme québécois raconté à Camille de Micheline Dumont (Nouvelle fenêtre) (Les Éditions du remue-ménage). Un classique, que nous suggérons encore et encore à toute personne qui souhaite s’initier au féminisme.

La pensée féministe noire de Patricia Hill Collins (Nouvelle fenêtre) (Les Éditions du remue-ménage). Pour les féministes aguerries, celles qui souhaitent approfondir leur connaissance du Black Feminism, cet essai est un incontournable.

Nous sommes tous des féministes de Chimamanda Ngozi Adichie (Nouvelle fenêtre) (Gallimard). Dans ce célèbre TED talk, l’auteure du best-seller Americanah raconte son expérience en tant que féministe africaine vivant aux États-Unis. Au-delà du témoignage, ce texte se présente comme un outil de vulgarisation qui aborde les oppressions de genre à travers des exemples concrets et une écriture à la fois simple et littéraire.

Sous la ceinture. Unis contre la culture du viol sous la direction de Nancy B. Pilon (Nouvelle fenêtre) (Québec Amérique). La diversité des réflexions et des témoignages qui sont rassemblés dans cet ouvrage aide à comprendre la complexité de ce phénomène de plus en plus discuté dans l’espace public. Malgré la gravité du sujet, ce collectif représente une lecture accessible pour celles et ceux qui cherchent à se sensibiliser davantage aux violences invisibles.

Je suis féministe, le livre sous la direction de Marianne Prairie et Caroline Roy-Blais (Nouvelle fenêtre) (Les Éditions du remue-ménage). Une rétrospective de textes parus ces 8 dernières années sur le blogue du même nom. Plus de 30 auteures réfléchissent à la question Comment être féministe aujourd'hui?.

C’est quoi l’amour?, Pourquoi les filles ont mal au ventre?, Es-tu stérile? de Sushanna Bikini London. (Nouvelle fenêtre) De petites pensées radicales qui tiennent dans une poche. Le premier déconstruit les idées reçues sur l’amour de manière simple et optimiste. Le deuxième rapporte des situations de sexisme ordinaire avec une grande justesse. Enfin, le troisième compile des commentaires faits aux femmes qui ne veulent pas d’enfants.

Talk-show de Catherine Ocelot (Nouvelle fenêtre) (Mécanique générale). Le roman graphique met en scène Bruno, un ours polaire animateur d’un talk-show. Un récit rempli d’humour et de sensibilité qui aborde des questions telles que la pression de la performance et l’anxiété. Ce texte saura conquérir les amoureux de la bande dessinée.

La petite suceuse de D. Mathieu Cassendo (Nouvelle fenêtre) (BerBer 13-13). Une bande dessinée située dans un Québec autour de l’an 2300 où des vampires protègent les humains en échange de sacs de sang-froid. Cependant, pour Magdalena, cette « marde synthétique » n'est plus satisfaisante et pourrait bien la pousser à la révolution contre les humains.

Grand Montréal

Livres