•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bombardier demande une nouvelle aide financière du gouvernement fédéral

Un appareil CS300 de Bombardier

Un appareil CS300 de Bombardier

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le géant québécois de l'aéronautique affirme avoir besoin d'une aide financière du gouvernement fédéral, même s'il admet avoir les reins suffisamment solides sur le plan financier pour mener à bien son plan de redressement.

Le patron de la multinationale, Alain Bellemare, a expliqué aux actionnaires que le montant de 1 milliard de dollars américains demandé au fédéral il y a un an lui donnera une plus grande marge de manoeuvre financière pour affronter des risques inattendus ou pour développer son prochain avion.

Les appareils C Series sont entrés en service cette année après de grands retards et des dépassements de coûts.

La compagnie s'affaire actuellement à accélérer la production du C Series et M. Bellemare a dit qu'elle n'a pas encore décidé si son prochain avion sera un jet d'affaires ou un appareil commercial.

Il a assuré que Bombardier n'attend aucun impact négatif sur ses affaires de l'élection de Donald Trump ou du vote référendaire du Brexit. M. Bellemare a dit que l'attitude du président désigné des États-Unis pourrait stimuler la demande, surtout pour les jets d'affaires.

Il a déclaré que les décisions douloureuses prises récemment devraient permettre à Bombardier de connaître une croissance robuste en 2017.

La compagnie a éliminé 14 500 emplois cette année et a réduit sa vulnérabilité financière en haussant ses réserves de liquide et de crédit à plus de 4,5 milliards de dollars US, un montant sans précédent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !