•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faille de sécurité : Ashley Madison s’entend avec les autorités américaines

Un homme regarde le site de rencontres  Ashley Madison.

L'entreprise torontoise Ruby Corp., société mère du site Ashley Madison, conclut une entente avec les autorités américaines.

Photo : La Presse canadienne / Graeme Roy

La Presse canadienne

La société mère du site de rencontres extraconjugales Ashley Madison, qui faisait l'objet d'une enquête de la Commission fédérale du commerce aux États-Unis, a indiqué mercredi qu'elle avait versé plus de 1,6 million de dollars américains pour régler l'affaire et se tourner vers l'avenir.

L’entreprise torontoise Ruby Corp., connue auparavant sous le nom d’Avid Life Media, a versé la moitié de cette somme à la Commission du commerce et l’autre moitié aux États américains qui prenaient part à l’enquête fédérale.

En vertu de l’entente, Ruby s’engage à assurer la sécurité complète des renseignements personnels qu’elle conserve et à ne plus adopter de « pratiques commerciales qui auraient pu tromper les consommateurs ».

L’entente ne constitue pas un aveu de responsabilité et l’entreprise nie les allégations de la commission fédérale et de plusieurs procureurs américains.

Renseignements personnels divulgués

Le président-directeur général de Ruby, Rob Segal, espère maintenant clore ce chapitre de l’histoire de l’entreprise. Il a soutenu mercredi que l’entente permettra d’affermir l’engagement de l’entreprise à mener ses activités en toute intégrité, et à bâtir un avenir nouveau pour les membres, le personnel et la compagnie.

Une enquête avait été ouverte l’an dernier aux États-Unis à la suite d’une énorme faille de sécurité chez Ashley Madison; des millions de clients du site de liaisons adultères avaient alors vu leurs renseignements personnels révélés au grand jour.

Le piratage avait fait les manchettes dans le monde entier et Ruby dit avoir perdu le quart de ses revenus annuels. L’entreprise a indiqué mercredi qu’elle avait depuis « stabilisé » sa situation et qu’elle entrevoyait l’« avenir avec optimisme ».

Des gens sortent de l'édifice torontois qui abrite les locaux de la société mère d'Ashley Madison.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'édifice torontois qui abrite les locaux de la société mère d'Ashley Madison

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette (Archives)

Enquête au Canada

Ashley Madison a aussi fait l’objet d’une enquête des responsables de la protection de la vie privée au Canada et en Australie.

Les deux agences ont conclu en août que le site de rencontres ne disposait pas des mécanismes de sécurité adéquats pour contrer le piratage, et qu’Ashley Madison avait violé plusieurs dispositions des lois sur la protection de la vie privée dans les deux pays.

Ontario

Consommation