•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boundary Dam coûte plus cher que prévu à SaskPower

L'usine de captage et de stockage de carbone Boundary Dam, près d'Estevan.

L'usine de captage et de stockage de carbone Boundary Dam, près d'Estevan.

Photo : La Presse canadienne / Presse Canadienne/Michael Bell

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'usine de captage et de stockage de carbone Boundary Dam continue de coûter cher à SaskPower. La société d'État observe des coûts plus élevés que prévu pour les travaux d'entretien de l'usine pour 2016-2017, qui s'élèvent maintenant à 20 millions de dollars.

Le président-directeur général de SaskPower, Mike Marsh, admet que les coûts reliés à l’entretien entourant le processus de captage de carbone et des composés organiques associés à la technologie sont beaucoup plus élevés que prévu. Mike Marsh estime que ces coûts seront de huit à neuf millions de dollars plus élevés que projetés.

Puisque c’est une nouvelle technologie, il faut s’attendre à faire face à ce type de rectification financière, précise-t-il. Le problème touche les solutions d’amine, ce qui force la fermeture de l’usine lors de l’entretien.

D'autres pénalités

Le PDG de SaskPower, Mike Marsh, répond aux questions des journalistes. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le PDG de SaskPower, Mike Marsh, indique que les coûts d'entretien de l'usine de captage et stockage de carbone Boundary Dam seront plus élevés que prévu cette année.

Photo : Radio-Canada / Audrey Paris

Ces fermetures entraînent également une incapacité à fournir la quantité de CO2 stipulée dans le contrat qui lie SaskPower à Cenovus. La société d’État a été forcée de payer des pénalités de l’ordre de 1,2 million de dollars cette année.

En juillet dernier, le PDG avait bon espoir que SaskPower ne paie plus d’autres pénalités. En 2015, la société avait dû payer 7,3 millions de dollars à la compagnie Cenovus pour son incapacité à fournir le CO2 requis.

Les pénalités sont compensées par l’argent que génère SaskPower en vendant son CO2, a toutefois souligné Mike Marsh. Il s’attend à ce que le bénéfice net du contrat avec Cenovus s’élève à 16 millions de dollars.

L’opposition néo-démocrate déplore de son côté que les citoyens soient ceux qui paient pour ces coûts et pénalités. Les tarifs de la société d’État ont déjà été augmentés de 5 % en juillet 2016 et pourraient augmenter de nouveau en janvier 2017.

Selon la porte-parole du NPD concernant SaskPower Cathy Sproule, la technologie de captage et de stockage de carbone n’a pas démontré qu’elle est un moyen efficace de lutter contre les changements climatiques et coûte cher aux contribuables.

Avec les informations d'Audrey Paris

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !