•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Appel à l'aide d'un CHSLD anglophone de l'Estrie

Deux employés de la résidence Wales Home qui accompagnent une résidente

Deux employés de la résidence Wales Home qui accompagnent une résidente

Photo : Radio-Canada / ICI Estrie

Radio-Canada

La direction du Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Wales, situé à Cleveland près de Richmond, interpelle Québec pour obtenir du financement.

L'établissement privé ne reçoit aucune aide du gouvernement. Depuis les cinq dernières années, il cumule un déficit de 1,7 million de dollars.

On parle pas de notre statut, on parle de donner des soins à nos aînés.

Brendalee Piironen, directrice générale Wales Home et CHSLD Wales

La directrice Brendalee Piironen considère que la situation est injuste pour les 83 résidents anglophones qui paient 180 % plus cher que dans un établissement public. Malgré cette tarification, l'administration compose avec un manque à gagner de 5000 $ par mois, par résident.

L'établissement demande un statut d'établissement privé conventionné pour être admissible aux subventions, mais aucun permis de la sorte n'a été accordé depuis 1990. Québec considère que le réseau public n'a pas besoin de nouvelles places.

Le conseil d'administration du CHSLD Wales considère que le centre doit être traité équitablement puisqu'il offre les mêmes services que les autres, selon les exigences du ministère.

Le CHSLD Wales Home de Cleveland en EstrieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le CHSLD Wales Home de Richmond

Photo : Radio-Canada / ICI Estrie

À la recherche d'une solution

La député de Richmond, Karine Vallières soutient avoir plusieurs fois interpellé son collègue, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, et souhaite une nouvelle rencontre en début 2017. « L'étau semble se resserrer de plus en plus vers des réponses qui ne semblent pas aller dans le sens que voudrait le Wales Home en ce moment », confie la députée.

Elle espère tout de même qu'une solution mitoyenne puisse être trouvée pour alléger le fardeau financier de l'établissement.

Estrie

Santé physique et mentale