•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Profilage racial : poursuite de 4,5 millions contre la police de Toronto

Photo de Nosakhare Ohenhen

Le plaignant Nosakhare Ohenhen

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Nosakhare Ohenhen poursuit le service de police de Toronto pour 4,5 millions de dollars après avoir purgé cinq ans de prison pour ensuite être acquitté lors d'un second procès pour possession d'armes à feu et de drogue.

Un texte de Jean-Philippe NadeauTwitterCourriel 

Le Torontois de 36 ans a expliqué sa démarche lors d'une conférence de presse mercredi matin.

Nosakhare Ohenhen a été arrêté en août 2008 au volant de sa Jaguar dans laquelle les policiers ont trouvé une arme à feu. Les agents avaient ensuite découvert de la cocaïne sur lui. La poursuite vise cinq agents.

Le plaignant qui faisait face à 17 chefs d'accusation avait été reconnu coupable et condamné à neuf ans de prison. Il avait obtenu sa libération conditionnelle en 2013 après que le juge du premier procès lui eut crédité quatre ans et demi pour le temps qu'il avait passé en détention préventive.

La Cour d'appel de l'Ontario avait ordonné l'an dernier un nouveau procès à l'issue duquel Nosakhare Ohenhen avait été acquitté. Le second magistrat de première instance, Michael Quigley, avait notamment statué que « rien ne justifiait son arrestation à bord de sa voiture ni les recherches des policiers dans son véhicule ».

« [Il a été ciblé] au moins en partie à cause du fait qu'il était un noir au volant d'une voiture de luxe. »

— Une citation de  Michael Quigley, magistrat

Le juge Quigley avait souligné que les pièces à conviction retenues contre l'accusé ne pouvaient donc être utilisées. Il avait en outre relevé que les policiers lui avaient refusé le droit d'appeler un avocat et que les droits constitutionnels de l'accusé avaient été brimés.

Impact sur la santé

L'avocat de M. Ohenhen, Michael Smitiuch, affirme que la poursuite contre la police met en lumière « l'abus de pouvoir » des cinq policiers et de « les rendre imputables de leurs actions ».

« Mon client ne pourra jamais récupérer les années et les Noëls qu'il a passés en prison loin de sa famille. »

— Une citation de  Michael Smitiuch, avocat de Nosakhare Ohenhen

Me Smitiuch ajoute que l'emprisonnement de son client dans quatre différents établissements carcéraux a eu un impact « significatif » sur son état psychologique.

Nosakhare Ohenhen souligne que tout son monde a changé en l'espace d'une minute lorsqu'il a été arrêté. « Il ne me reste maintenant plus qu'à rester fort, dit-il, à tenter de continuer à mener une vie normale et à devenir une meilleure personne. »

Profilage racial

Il dit espérer que sa poursuite permettra de changer les choses au sein du service policier de Toronto dans lequel il dit voir un profilage systématique des personnes noires dans la métropole.

« Il existe dans ce service des pommes pourries qui sont prêtes à mentir et à manipuler des juges pour expliquer leurs gestes. »

— Une citation de  Nosakhare Ohenhen, plaignant

Une référence directe au témoignage des policiers à son premier procès. Le juge Quigley avait noté que les déclarations des agents à la barre étaient « irrégulières et ponctuées de contradictions ou de trous de mémoire ».

La Police de Toronto s'est refusée à tout commentaire, parce que le litige est devant les tribunaux.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.