•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les élèves noirs suspendus de façon disproportionnée en N.-É.

Des données montrent que les élèves noirs sont suspendus à un plus haut taux que les autres dans les écoles de la Nouvelle-Écosse.

Des données montrent que les élèves noirs sont suspendus à un plus haut taux que les autres dans les écoles de la Nouvelle-Écosse.

Photo : The Associated Press

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les élèves noirs sont suspendus de façon disproportionnée dans les écoles de la Nouvelle-Écosse, selon des chiffres compilés par CBC.

Le réseau a analysé les données provenant de cinq des huit conseils scolaires de la province et a constaté que les élèves noirs y sont suspendus à un taux de 1,2 à 3 fois supérieur à leur représentation dans la population scolaire.

Des intervenants en éducation affirment que de nombreux facteurs peuvent expliquer cette situation, dont le petit nombre d’enseignants noirs, un programme scolaire qui n’est pas assez sensible à la réalité afro-néo-écossaise, des conflits entre les enseignants et les élèves ainsi que la pauvreté.

« Ce n’est rien de nouveau pour la communauté noire », dit Kenneth Fells, directeur de l’école secondaire Cole Harbour District High.

Il affirme que peu de choses ont changé dans le système d’éducation depuis le rapport d’un comité, le Black Learners Advisory Committee, publié en 1994, qui avait souligné un racisme systémique dans le système d’éducation. Kenneth Fells avait lui-même contribué au rapport.

Il dit que beaucoup de jeunes Afro-Néo-Écossais ne se retrouvent pas dans le programme scolaire, qu’ils estiment que le personnel enseignant n’est pas représentatif et qu’ils ne croient pas être traités de façon juste. « On parle des mêmes enjeux et des mêmes problèmes que quand j’étais jeune », dit Kenneth Fells.

« On parle des mêmes choses que quand mes parents allaient à l’école! »

— Une citation de  Kenneth Fells, directeur de l'école Cole Harbour District High

Halifax

Le Conseil scolaire régional d’Halifax a suspendu le plus grand nombre d’élèves noirs, selon les données pour les premiers semestres des années scolaires 2014-2015 et 2015-2016. En 2014-2015, 18 % des élèves suspendus étaient afro-néo-écossais, même s’ils ne représentaient que 7 % de la population d’élèves. En 2015-2016, ils représentaient 22,5 % des suspensions, mais formaient moins de 8 % du corps étudiant.

Le président du Conseil scolaire régional d’Halifax dit que ce nombre de suspensions disproportionné préoccupe le conseil.

« C’est un problème qu’il faut régler », déclare Dave Wright. Il indique que le conseil a embauché deux spécialistes qui aident les enseignants à mieux comprendre les différences culturelles entre étudiants. Il a aussi recruté plus d’employés de soutien pour travailler spécifiquement avec les élèves afro-néo-écossais.

À l’autre bout du spectre, le Conseil scolaire régional de Strait, qui supervise les écoles d’Antigonish, de Guysborough, de Richmond et d’Inverness, était le conseil ayant suspendu le moins souvent ses élèves noirs. L’échantillon de données provenant du Conseil scolaire acadien provincial est trop faible pour en tirer des conclusions.

Les causes du problème

Le président du Council on African Canadian Education, un organisme militant pour l’éducation de la communauté noire, dit que s’il s’agissait d’un autre groupe culturel, les autorités prendraient des mesures immédiates. « C’est une véritable crise, mais je n’entends personne la décrier », dit Irvine Carvery.

Irvine Carvery, un militant pour l’éducation de la communauté noire, croit qu'il y a une crise et que les élèves noirs sont traités injustement.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Irvine Carvery, un militant pour l’éducation de la communauté noire, croit qu'il y a une crise et que les élèves noirs sont traités injustement.

Photo : Radio-Canada / CBC

La militante Tina Roberts-Jeffers croit qu’un bon nombre d’élèves se rendent à l’école le ventre creux, étant donné que les Afro-Néo-Écossais sont plus souvent au chômage et ont des revenus plus faibles que les Blancs.

La disproportion dans le nombre de suspensions ne la surprend pas et témoigne, selon elle, d'un préjugé inconscient contre les élèves noirs dans le système d’éducation. « Ce n’est pas vrai que les enfants noirs font plus de gestes qui méritent une suspension », dit-elle.

« Ce n’est pas vrai non plus qu’ils ne sont pas aussi intelligents que les autres, mais c’est ce que le système semble nous dire. »

— Une citation de  Tina Roberts-Jeffers. militante de la communauté afro-néo-écossaise

Selon les tests de lecture, d’écriture et de mathématiques pour les élèves de 3e, 4e, 6e et 8e années, les élèves afro-néo-écossais réussissent moins bien que la moyenne des élèves. Irvine Carvery s’inquiète des conséquences à long terme de ces problèmes d’apprentissage, particulièrement à la lumière des suspensions disproportionnées.

« Sans une bonne éducation, nos jeunes ont souvent des problèmes avec la loi et se retrouvent dans le système de justice », affirme-t-il.

Ministère de l’Éducation

Il a été impossible d’obtenir la réaction de la ministre de l’Éducation, Karen Casey. Une porte-parole, Heather Fairbairn, indique que le ministère tente de moderniser le système d’éducation pour le bien de tous les élèves.

Elle dit que le gouvernement a l’intention d’adapter son programme pour mieux répondre à la diversité culturelle des élèves. Les enseignants auront aussi un meilleur soutien.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !