•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une étude pour comprendre les besoins des réfugiés syriens

La première famille de réfugiés syriens, les Dablan.
La première famille de réfugiés syriens, les Dablan. Photo: Radio-Canada / Angie Bonenfant
Radio-Canada

Une étude tentera de mettre en lumière les besoins particuliers des 4196 réfugiés syriens vivant en Alberta, que ce soit en matière d'intégration au marché de travail, d'apprentissage de la langue ou de liens sociaux.

La recherche proposera des stratégies de planification des services provinciaux et fédéraux, un an après la première vague d'arrivée de réfugiés syriens.

L’initiative est financée par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. Elle est chapeautée par l’Association des organismes d’aide aux immigrants de l’Alberta (AAISA), qui regroupe des agences de services aux immigrants. Le collectif de consultation HABITUS et la professeure associée en travail social Julie Drolet, de l’Université de Calgary, collaboreront à cette recherche.

Une centaine de réfugiés de cinq villes albertaines seront consultés.

« Ce qu’on comprend, c’est que la langue est très importante, surtout pour le premier emploi, pour accéder au marché du travail », affirme Mme Drolet.

La première consultation s'est déroulée le 9 décembre dernier, à Red Deer. Deux autres rencontres pour sonder des réfugiés syriens se tiendront cette semaine à Edmonton et à Calgary.

Les conclusions de la recherche seront dévoilées en mars 2017. Elles seront également communiquées aux divers ordres de gouvernement et aux organismes d’aide aux immigrants. La chercheuse espère que les constats qu'elle établira seront pris en compte par les décideurs.

« C’est vraiment le moment pour qu’on puisse mieux comprendre ces expériences d’intégration des réfugiés, surtout dans les 6 à 18 premiers mois, dès leur arrivée ici en Alberta, et de voir quels sont les principaux facteurs qui influencent cette expérience d’établissement d’une façon positive, ainsi que les défis qui existent », conclut la professeure associée en travail social.

Alberta

Nouveaux arrivants