•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Contrat sans précédent entre l'Iran et Boeing

Un Boeing 737

Un Boeing 737

Photo : iStock

Reuters

La compagnie aérienne IranAir a annoncé dimanche l'achat de 80 avions commerciaux Boeing – 50 avions 737 et 30 autres 777 –, un contrat sans précédent entre les États-Unis et l'Iran depuis la révolution de 1979.

Un accord entre l'Iran et le rival européen de Boeing, Airbus, portant sur l'achat de plus d'une cinquantaine d'appareils devrait suivre dans les prochains jours, a déclaré parallèlement un responsable iranien à Reuters.

L'accord avec Boeing, annoncé d'abord par l'agence de presse Irna et confirmé par l'avionneur américain, représente un investissement de 16,6 milliards de dollars (quelque 22 milliards de dollars canadiens) étalé sur 10 ans, précise Irna, qui ajoute qu'il a été validé par les autorités fédérales américaines.

Le directeur régional de Boeing, Fletcher Barkdull, se trouve à Téhéran pour la signature de ce contrat, mentionne Irna.

L'accord annoncé dimanche fait suite à un accord préliminaire conclu en juin et portant sur plus de 100 appareils, a déclaré Boeing.

Les appareils restants devraient faire l'objet d'une location longue durée, a ajouté l'avionneur, qui dit avoir travaillé en étroite coordination avec les autorités américaines pendant les négociations.

Les États-Unis ont recommencé à délivrer des licences autorisant la vente d'avions de ligne à l'Iran à la suite de la levée des sanctions internationales imposées contre le régime de Téhéran pour son programme nucléaire.

Boeing et Airbus ont ainsi reçu le feu vert des autorités américaines pour vendre à l'Iran plus de 100 avions chacun.

Airbus devrait livrer le premier

Même si Airbus est un groupe européen, l'aval de Washington est indispensable pour vendre des avions à l'Iran, car au moins 10 % des composants des appareils concernés proviennent des États-Unis.

L'accord avec Airbus, qui porte dans un premier temps sur environ la moitié des 118 avions ayant fait l'objet d'une commande provisoire en janvier, devrait être finalisé dans les deux prochains jours, a précisé le responsable iranien.

Les premiers avions à arriver en Iran devraient être européens. Les Airbus et les appareils turbopropulsés fabriqués par ATR, dont Airbus détient la moitié du capital, devraient être livrés en 2017, les livraisons d'Airbus ne commençant qu'en 2018, selon le même responsable iranien.

« Airbus en est à un stade plus avancé en ce qui concerne les livraisons », a-t-il dit, ajoutant que l'accord signé dimanche avec Boeing devait encore faire l'objet de discussions sur son financement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie