•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Montréal veut réduire la congestion grâce à vos appareils Bluetooth

    Bluetooth, la circulation et vous

    Si vous passez par l'une des grandes rues de Montréal et si la fonction Bluetooth de votre cellulaire est activée, la Ville va enregistrer votre déplacement pour mieux comprendre l'état de la circulation.

    Un reportage de Bahador Zabihiyan

    Plus d’une centaine de capteurs à cet effet ont été installés ces derniers mois, le long des grands axes.

    En compilant les milliers de données des automobilistes qui passent devant ces capteurs, la Ville pourra déterminer le niveau de congestion et, à plus long terme, mieux comprendre les habitudes de déplacement.

    Ces capteurs, fournis par l'entreprise Orangetraffic, enregistrent les identifiants uniques des appareils dont la fonction Bluetooth est activée.

    « On vient simplement détecter si un appareil est présent à cette intersection à un moment donné […] On a une auto qui passe à un point A et qui passe ensuite à un point B. On peut déterminer le temps de parcours entre deux endroits », dit Patrick Lauzière, vice-président d’Orangetraffic.

    Voici les secteurs où sont situés les capteurs Bluetooth :

    • Artère Pie-IX
    • Artère Sherbrooke
    • Artère Saint-Michel
    • Artère Saint-Denis (en partie)
    • Artère Parc
    • Artère De Lorimier (en partie)
    • Artère Rosemont (en partie)
    • Artère Saint-Joseph (en partie)
    • Artère Jean-Talon (en partie)
    • Artère Crémazie (en partie)
    • Secteur Quartier des spectacles

    Pour la Ville, il est primordial de compter les voitures pour mieux comprendre les problèmes liés à la congestion. Traditionnellement, des comptages ponctuels étaient réalisés une fois l’an. Avec ces détecteurs, la Ville peut suivre l’évolution de la circulation de façon quotidienne.

    On pourrait identifier des endroits et des intersections qui sont problématiques et faire des réaménagements futurs, donc les données sont le nerf de la guerre.

    Harout Chitilian, responsable du dossier de la ville intelligente

    Les données des capteurs Bluetooth sont transmises au Centre de gestion de la mobilité urbaine de la Ville. Les employés de ce centre de surveillance ont aussi accès à des images des caméras réparties dans toute la métropole et à des données provenant de capteurs qui comptent le nombre de véhicules passant à un endroit.

    Données anonymes

    Les capteurs de Bluetooth récupèrent l’identifiant unique des appareils munis de la technologie Bluetooth, l’adresse MAC. La Ville assure que l’adresse MAC stockée dans sa base de données sécurisée ne permet pas d’identifier le propriétaire de l’appareil.

    Une capture d'écran de la base de données de la Ville de Montréal dans laquelle sont conservés les identifiants uniques des appareils Bluetooth.Une capture d'écran de la base de données de la Ville de Montréal dans laquelle sont conservés les identifiants uniques des appareils Bluetooth. Photo : Radio-Canada

    L’adresse unique MAC est un code aléatoire assigné à chaque appareil par le fabricant. Lorsque le Bluetooth d’un appareil est en fonction, le capteur de la Ville peut l’enregistrer dans sa base de données. Cependant, la Ville mentionne qu’il est très difficile de lier le propriétaire de l’appareil à une adresse MAC, car il n’existe aucun registre à cet effet.

    « Le grand public s’inquiète chaque fois qu’on l'informe qu’un identifiant unique peut être émis et capté, et c'est compréhensible », dit la Ville dans un document de travail interne dont Radio-Canada a obtenu copie à la suite d’une demande d’accès à l’information. « Les données MAC des appareils en mode "découverte" sont de toute façon accessibles pour tout autre système, quel qu’il soit », conclut le document de travail interne.

    Stationnement de Montréal teste des capteurs comme celui-ci, capables d'indiquer si un espace disponible.Stationnement de Montréal teste des capteurs comme celui-ci, capables d'indiquer si un espace disponible. Photo : Radio-Canada

    Des rondelles sous les espaces de stationnement

    De son côté, Stationnement de Montréal veut utiliser la technologie pour faciliter la vie des automobilistes qui tournent en rond dans les secteurs achalandés dans l’espoir de trouver une place. Des capteurs semblables à une rondelle de hockey sont présentement testés dans le secteur de la rue Crescent. Ils sont capables d’indiquer si un véhicule se trouve sur l’espace.

    « C’est simplement inséré dans l’asphalte », dit Charles Auger, le directeur de Stationnement de Montréal. L’appareil sans fil transmet l’information. D’ici 2018, M. Auger voudrait équiper de ces capteurs les espaces les plus achalandés.

    « Éventuellement, ce que l’on aimerait, c’est pouvoir guider l’automobiliste à distance, savoir que, sur un tronçon de rue, il y a trois places de stationnement libres », dit-il.

    Grand Montréal

    Techno