•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au revoir FC Montréal, bonjour Fury FC d’Ottawa

Le Fury FC d'Ottawa Photo: Facebook / Ottawa Fury FC
Radio-Canada

L'Impact de Montréal a annoncé vendredi qu'il mettait fin aux activités de son club-école, le FC Montréal, et qu'il s'associait au Fury FC d'Ottawa.

Le FC Montréal, qui évoluait dans la United Soccer League (USL), était formé principalement de joueurs issus de l’Académie de l’Impact.

Lors du bilan de la saison, présenté le 9 décembre au Centre Nutrilait, le président de l'Impact de Montréal a expliqué la décision de l'équipe.

« On a toujours une équipe-école, mais au lieu de l'avoir à Montréal, on va l'avoir à Ottawa, a expliqué Joey Saputo. La mentalité n'a pas changé au niveau du développement, mais c'est la structure qui change un petit peu. »

« On veut mettre plus d'accent sur les joueurs qui sont plus près d'accéder à la première équipe. On a remarqué par le passé qu'il y avait beaucoup de joueurs au FC Montréal qui n'avaient pas de futur.

« Alors on veut mettre plus d'accent sur les joueurs qui ont le potentiel, qui viennent de notre équipe U-18, et les amener plus vite dans la première équipe, mais en ayant toujours une équipe réserve en place, à Ottawa, pour les joueurs pour lesquels nous ne sommes pas sûrs à 100 %. »

Joey SaputoJoey Saputo Photo : Radio-Canada / Michel Gingras

Joey Saputo ne cache pas qu'il a pris une décision d'ordre financier.

« Absolument, je ne le cache pas. Mais si on peut utiliser le même argent utilisé pour le FC Montréal, et le dépenser à d'autres places pour développer les joueurs, c'est ça qu'on a regardé, et on pense qu'avec la structure qu'on va mettre en place, on va utiliser cet argent-là de façon plus efficace. »

« Pour moi , ce n'est pas négatif [de fermer le FC Montréal], mais je le vois positif, parce que ça va nous donner l'opportunité de viser certains joueurs, et de les amener plus vite dans la première équipe. »

« Il y a rien de mal à dire que ce n'était pas bien fait, que ce n'était pas la meilleure décision, et de corriger, a affirmé M. Saputo. À l'époque, le FC Montréal, c'était la seule opportunité qu'on avait. Il y a d'autres opportunités qui sont arrivées, et on a décidé de changer. »

Notamment l'association avec le club du FC Bologne en Italie qui va se poursuivre.

« La beauté d'avoir une équipe en Europe et avoir la possibilité de faire des transactions, ça nous aide énormément. Soit d'amener des joueurs d'Europe ici, soit d'envoyer des jeunes joueurs là-bas.

« Le partenariat se fait facilement. Je connais le président du FC Bologne, a lancé à la blague Joey Saputo [c'est lui-même, NDLR]. C'est un bon gars avec qui on peut facilement parler. Et on arrive toujours à s'entendre. »

Il a rappelé que l'organisation montréalaise avait envoyé le jeune Ballou Jean-Yves Tabla travailler pendant deux semaines à Bologne.

« Ça nous permet d'obtenir un autre regard sur lui, pour savoir si on fait bien de miser sur lui », a dit le président de l'Impact.

Le Fury FC d’Ottawa jouait quant à lui dans la North American Soccer League (NASL) depuis 2014. Toutefois, l’équipe changera de ligue la saison prochaine et se retrouvera dans l'USL.

« Il y a plus de la moitié des équipes de la MLS qui ont des équipes réserve associées, a fait remarquer M. Saputo. Et il y en aura de plus en plus.

« Jusqu'à maintenant, il n'y avait pas de clubs canadiens dans la USL, et c'était très difficile pour nous de nous associer à une équipe américaine à cause des restrictions au niveau des transferts internationaux. Maintenant qu'Ottawa est dans la USL, c'est plus simple, car il n'y a plus ce problème-là, et c'est à 90 minutes en auto de Montréal. »

Dix équipes de la MLS sont maintenant affiliées à des clubs de l’USL.

« On peut envoyer à Ottawa le nombre de joueurs qu'on veut, a précisé Adam Braz. Mais il faut savoir combien de joueurs ils ont, et combien de places on pourra avoir. C'est une discussion qu'on doit avoir avec le personnel du Fury. Mais les joueurs devront se battre pour leur place, et c'est normal dans un certain sens.

« Au sujet des joueurs de la première équipe, on devra avoir une discussion avec le Fury pour leur dire lesquels seront disponibles durant la saison, a ajouté le directeur général. Et je peux vous dire que le Fury s'intéresse à quelques jeunes joueurs de notre première équipe. Ce sont de bonnes nouvelles », a conclu Adam Braz.

Ottawa-Gatineau

Soccer