•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les transferts en santé au menu à Ottawa vendredi

Chargement de l’image

Le premier ministre Justin Trudeau (au centre) en compagnie de cinq de ses homologues provinciaux (de gauche à droite) : Rachel Notley (Alberta), Christy Clark (C.-B.), Kathleen Wynne (Ontario), Philippe Couillard (Québec) et Brad Wall (Saskatchewan).

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, soutient actuellement que son gouvernement n'a pas encore décidé de l'ampleur des nouveaux transferts en santé ni de l'échéancier de la nouvelle entente.

Les premiers ministres des provinces et des territoires ont été conviés à Ottawa, jeudi et vendredi, pour une réunion consacrée à la stratégie nationale de lutte contre les changements climatiques. L'hôte de la rencontre, le premier ministre Justin Trudeau, a cependant accepté leur demande de discuter aussi du Transfert canadien en matière de santé, lors d'un dîner de travail après la conférence officielle, vendredi soir.

La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, a rappelé que les provinces et territoires sont unanimes à dénoncer la réduction, de 6 à 3 %, de la hausse annuelle automatique maximale des transferts fédéraux en matière de santé.

Jusqu'à cette année, une entente entre le fédéral et les provinces prévoyait des hausses automatiques annuelles des transferts de 6 % . Les conservateurs de Stephen Harper entendaient dès 2017 arrimer cette hausse à l'augmentation annuelle du PIB, jusqu'à un plafond de 3 %.

En campagne électorale, les troupes de Justin Trudeau avaient promis de « négocier un nouvel accord sur la santé », incluant « une entente de financement à long terme ».

La ministre Philpott a depuis indiqué que ces augmentations se limiteront à 3 %, comme l'avaient établi les conservateurs. Elle a toutefois promis des enveloppes séparées supplémentaires pour des secteurs ciblés par Ottawa, comme les soins à domicile, ce qui a fait bondir Québec. Le ministre Gaétan Barrette a refusé que le financement d'un poste budgétaire de compétence provinciale soit assujetti à des conditions fédérales.

Le gouvernement Trudeau a promis de verser 3 milliards de dollars sur quatre ans pour les soins à domicile, mais il se dit ouvert à une augmentation des transferts ou à un prolongement de la durée de l'entente pour des priorités communes, comme la santé mentale. Mme Philpott a aussi indiqué que cette enveloppe de 3 milliards de dollars pourrait être revue à la hausse si l'on constate que les programmes sont efficaces et portent leurs fruits.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !