•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De la naloxone pour tous les services de premières lignes du Grand Sudbury

La ville de Lévis met en ligne un guichet unique pour venir en aide aux entreprises en quête de main d'oeuvre.

Radio-Canada

Les policiers du Grand Sudbury ne sont pas à l'abri du fentanyl.

Afin de se protéger et de venir aussi en aide à des toxicomanes, ils souhaitent avoir avec eux de la naloxone, un composé chimique capable d'inverser l'effet des opiacés, dont le fentanyl.

Un texte de Caroline BourduaTwitterCourriel 

Entre 2008 et 2012, 87 surdoses ont été enregistrées dans la ville du Grand Sudbury. Comme le fentanyl est bien présent dans les rues, les policiers veulent être mieux outillés.

Selon le service de police, cette drogue prescrite comme antidouleur est 100 fois plus puissante que la morphine.

Depuis juin dernier, la naloxone est offerte gratuitement et sans ordonnance dans toutes les pharmacies de la province.

La police du Grand Sudbury et le Service de santé publique de Sudbury souhaitent que l’ensemble des premiers répondants puissent avoir sur eux de la naloxone.

L'inspecteur Daniel Despatie de la police du Grand Sudbury Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Daniel Despatie, inspecteur du bureau des enquêtes criminelles de la police du Grand Sudbury

Photo : Radio-Canada / Yvon Thériault

Comme cet opioïde peut être inhalé ou absorbé par la peau, les policiers se sentent vulnérables et en danger, s’ils arrivent avant les services paramédicaux

L’inspecteur du bureau des enquêtes criminelles de la police du Grand Sudbury, Daniel Despaties parle pour ses collègues. « Non seulement il faut se protéger, mais la naloxone pourrait permettre de venir en aide à une personne en surdose de fentanyl. »

La province doit légiférer

Le gouvernement Wynne a annoncé en novembre que les premiers répondants devront être munis de cet antidote, mais il tarde à adopter une loi en ce sens.

Les autorités en santé publique voudraient que la naloxone soit plus facile à administrer que par injection. Un vaporisateur nasal sera offert dès janvier 2017.

La naloxone ne fait qu’inverser les effets des opioïdes. Elle n’est pas pour la santé, indique le Service de santé publique.

Avec les informations de Natacha Lavigne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Forces de l'ordre

Santé