•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'opposition québécoise s'unit pour une réforme du mode de scrutin

Les trois partis d'opposition à l'Assemblée nationale s'unissent pour réclamer une réforme du mode de scrutin au Québec.
Les trois partis d'opposition à l'Assemblée nationale s'unissent pour réclamer une réforme du mode de scrutin au Québec. Photo: Radio-Canada
La Presse canadienne

Dans un rare geste d'unité, les partis d'opposition à l'Assemblée nationale ont joint leurs voix, mercredi, pour plaider en faveur d'une réforme du mode de scrutin en vigueur au Québec.

Le Parti québécois (PQ), la Coalition avenir Québec (CAQ) et Québec solidaire (QS), accompagnés d'Option nationale et du Parti vert du Québec, ont plaidé pour un système proportionnel mixte qui tiendrait compte du poids des régions.

Cette proposition a été mise de l'avant alors qu'au même moment, sur la scène fédérale, le gouvernement Trudeau hésite à remplir sa promesse de réformer le mode de scrutin.

Au terme de travaux menés par le Mouvement Démocratie Nouvelle, toutes ces formations ont signé, en conférence de presse, une déclaration commune de six grands principes.

Les représentants de chaque parti ont fait valoir que l'éclatement du bipartisme au fil des années justifiait l'abandon du mode de scrutin uninominal à un tour qui prévaut actuellement.

Lors de l'élection de 2014, le Parti libéral du Québec avait récolté 42 % des suffrages, ce qui lui avait permis de mettre la main sur 70 des 125 sièges de l'Assemblée nationale, soit 56 %.

Tous les partis ont avoué qu'il serait pratiquement impossible d'apporter des changements en vue du scrutin provincial de 2018, mais ils ont fait preuve d'optimisme pour celui de 2022.

La ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques, Rita de Santis, n'était pas présente à la conférence de presse. Le Mouvement Démocratie Nouvelle affirme que des représentants du gouvernement Couillard ont pris part aux consultations menées au cours des derniers mois.

Politique