•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Robin de la viande de bois

Il a été surpris de la réponse des gens sur les médias sociaux.

Il a été surpris de la réponse des gens sur les médias sociaux.

Photo : Jonathan Bélanger

Radio-Canada

Le chasseur de la Baie-des-Chaleurs Jonathan Bélanger a décidé de donner une partie de sa dernière récolte à des familles dans le besoin. À sa grande surprise, son geste de générosité, qui se voulait tout simple, a fait boule de neige.

Un texte de Jean-François DeschênesTwitterCourriel  

« J’ai été avec mon coeur », explique simplement le technicien forestier de 31 ans, qui cherchait une façon de partager.

Jonathan Bélanger est aussi pompier volontaire. Dans le cadre de son travail, il visite des familles pour faire de la prévention des incendies et il constate la chance qu’il a de pouvoir manger à sa faim tous les jours. « Avec ta veste de pompier, les gens se confient et tu vois qu’il y a vraiment beaucoup de monde qui est dans la misère. »

Marqué par ces rencontres, une fois chez lui, il a été inspiré alors qu’il se trouvait face à son congélateur rempli de viande congelée. Il a pris l’initiative de lancer un appel à tous sur les médias sociaux pour offrir cinq paquets à des familles dans le besoin.

Moi, je voulais juste poser un petit geste. Ça m’a pris deux minutes à écrire, mais ç'a amplifié. Ç'a grossi.

Jonathan Bélanger
Il a commencé par offrir 5 sacs de viande sur Facebook.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Il a commencé par offrir 5 sacs de viande sur Facebook

Photo : Jonathan Bélanger

Est-ce la magie de Noël? Il ne le sait pas, mais la réponse qu’il a reçue a été différente de ce qu’il prévoyait. Certains de ses amis chasseurs ont aussi offert une partie de leur butin. D’autres ont acheté de la viande à l’épicerie pour qu’il puisse en distribuer davantage.

Les cinq sacs de viande initiaux se sont ainsi multipliés et un total de 125 cadeaux comestibles ont pu être livrés. « Je voulais surtout donner à des familles avec des enfants. C’est des personnes qui m’ont référé. » Il a aussi donné à des gens seuls et des personnes malades.

En tout, une vingtaine de livraisons ont été faites, raconte-t-il.

Je cognais aux portes, je me présentais : salut, je m’appelle Jonathan. On ne se connaît pas, mais j’ai un cadeau pour vous. Et c’est là que le fun commence. Les émotions. Le regard intense.

Jonathan Bélanger

Écoutez l'entrevue du chasseur généreux à l'émission Bon pied, bonne heure! avec Isabelle Lévesque :

Chasseur gaspésien généreux

Le généreux donateur a bien visité des familles de la Baie-des-Chaleurs, mais les appels qu'il a reçus provenaient de bien plus loin. « J’ai eu des messages privés de Québec, Gaspé, Rimouski. Les gens voulaient de la viande. Je n’ai pas pu livrer jusque-là », déplore-t-il. Ainsi, il invite les autres chasseurs du Québec à imiter son geste.

Il a bien l’intention de répéter l’expérience l’an prochain, et espère que le mouvement prendra de l’ampleur. « C’est très valorisant et c’est sûr que les années à suivre, on va recommencer. »

Ça représente bien notre coin de pays, mettons, ça représente bien les gens d’ici. Tous les gens qui ont donné, ce sont des gens généreux, avec le coeur sur la main.

Jonathan Bélanger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Société