•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Postes Canada : aucun service bilingue obligatoire dans le centre-ville de Sudbury

Une affiche qui indique English / Français

Malgré cette enseigne qui indique que des services en français sont offerts au bureau de poste de la rue Lisgar, ce dernier n'est pas tenu d'offrir de services dans les deux langues.

Photo : Radio-Canada / Natacha Lavigne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Aucun bureau de Postes Canada n'est tenu d'offrir un service bilingue dans le centre-ville de Sudbury, dans le Nord de l'Ontario, et ce, même si 26,9 % de la population sur le territoire est francophone.

Radio-Canada a appris que le Commissariat aux langues officielles enquête sur la société d’État, après avoir reçu deux plaintes de résidents de Sudbury à l’automne.

Un texte de Natacha LavigneTwitterCourriel  

Pour Serge Miville, un des deux plaignants, il est inconcevable qu’aucun employé du service à la clientèle n’ait été en mesure de lui fournir un service en français ou encore de le diriger vers un endroit capable de le faire.

Ça paraît banal, comme si on était en train de faire une tempête dans un verre d’eau, mais c’est beaucoup plus important que la simple transaction entre deux individus. C’est un espace dans lequel on a le droit de vivre en français, dans lequel on valorise la culture francophone en milieu minoritaire. Les répercussions sont très importantes.

Une citation de : Serge Miville, plaignant auprès du Commissariat aux langues officielles et professeur adjoint au Département d'histoire de l'Université Laurentienne

Serge Miville, qui est aussi professeur adjoint au département d’histoire à l’Université Laurentienne, soutient que les espaces francophones sont limités dans la province. Il craint pour la vitalité de la langue française si une institution fédérale comme Postes Canada ne s’efforce pas de la préserver.

Serge Miville, plaignant

« Si on se sent insécure, si on se sent comme si on va se faire rejeter ou qu’on ne peut pas demander ce service en français, on ne va simplement pas le faire. Et la langue devient de moins en moins une affaire publique. La langue minoritaire cesse d’être dans l’espace public et recule vers le privé, vers la maison et parfois même vers l’individu uniquement », déclare Serge Miville.

Aucune entrevue

Postes Canada n’a pas voulu accorder d'entrevue à Radio-Canada pour expliquer les raisons du service unilingue dans le centre-ville de Sudbury. Par voie de courriel, le porte-parole Philipe Legault indique que la désignation linguistique est déterminée en fonction de « l’expérience acquise » et que la Société d’État consulte les données du recensement de 2011 tout comme « les statistiques concernant les déménagements » pour établir les services dans les deux langues.

Des huit bureaux de poste dans la circonscription de Sudbury, deux sont des succursales, cinq sont annexés à une pharmacie et un autre se trouve dans un magasin général.

Radio-Canada s’est rendu dans chacun des bureaux de Postes Canada afin d’analyser le service. Après en avoir fait la demande, il nous a été possible d’obtenir un service en français partout. Les employés nous ont toutefois confirmé ne pas être nombreux à parler français et indiquent que l’offre est donc inégale et dépend des horaires de travail du personnel bilingue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !