•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aucun lieu ne portera le nom de Fidel Castro, suivant ses volontés

Le reportage de Jean-Michel Leprince

Le gouvernement cubain interdira que des rues ou des monuments publics soient nommés en l'honneur de Fidel Castro afin de respecter le voeu du père de la révolution cubaine de ne pas voir se développer un culte de la personnalité, a annoncé le président du pays, Raul Castro, samedi.

Des dizaines de milliers de Cubains ont rendu samedi soir un ultime hommage à Fidel Castro à Santiago de Cuba, berceau de sa révolution dans l'est du pays, avant ses funérailles prévues dimanche dans l'intimité.

À l’occasion de cette première cérémonie, Raul Castro, qui a succédé à son frère en 2006, a prononcé un discours dans lequel il a assuré que l’Assemblée nationale du pays adoptera une loi visant à empêcher de donner le nom de Fidel Castro aux établissements et aux lieux publics du pays, selon ses dernières volontés.

De son vivant, Fidel Castro, mort le 25 novembre dernier à l'âge de 90 ans, a toujours refusé que l'on baptise des endroits publics en son honneur.

Parmi les dignitaires présents à la cérémonie figuraient des alliés inconditionnels de Cuba tels que le président vénézuélien, Nicolas Maduro, ainsi que son homologue bolivien, Evo Morales.

Deux anciens chefs d’État du Brésil, Luiz Inacio da Silva et Dilma Rousseff, étaient aussi présents, de même que l’ancien président haïtien Michel Martelly et la ministre française de l’Écologie, Ségolène Royal.

Cette dernière a d’ailleurs suscité une petite controverse en France pour avoir encensé l’héritage du Lider maximo. Mme Royal s’est attiré les foudres des partis de l’opposition après avoir qualifié Fidel Castro « de monument de l’histoire » et tenté de minimiser son bilan en matière de droits de la personne en affirmant « qu’il y avait eu beaucoup de désinformation [à ce sujet] ».

Deux anciens présidents du Brésil, Dilma Rousseff et Luiz Inacio Lula da Silva, en compagnie du chef d'État cubain, Raul Castro.Deux anciens présidents du Brésil, Dilma Rousseff et Luiz Inacio Lula da Silva, en compagnie du chef d'État cubain, Raul Castro. Photo : Reuters / Carlos Barria
De nombreuses personnes participent à une manifestation d'adulation publique.De nombreuses personnes se sont rassemblées en bordure de la route pour saluer la procession funéraire ramenant les cendres de Fidel Castro de La Havane à Santiago. Photo : Reuters / Carlos Garcia Rawlins

Après une succession de célébrations posthumes d’un bout à l’autre du pays, les cendres de Fidel Castro seront déposées au cimetière de Santa Ifigenia de Santiago, à côté du mausolée de José Marti, un autre héros de l’indépendance cubaine.

Cette ultime cérémonie, qui marque la fin d’un deuil national de neuf jours décrété par les autorités, se déroulera à l’abri des caméras des médias étrangers.

Avec les informations de Associated Press, et Agence France-Presse

International