•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Problèmes d'accès et de qualité pour de nombreuses garderies en Alberta

Une éducatrice avec un bébé

Une éducatrice avec un bébé au Centre Terra d'Edmonton

Photo : Radio-Canada / Sébastien Tanguay

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Selon un sondage de l'organisme à but non lucratif Public Interest Alberta, la moitié des garderies dans la province n'arrivent pas à répondre à la demande et plus de 40 % des familles à faible revenu doivent payer plus de 300 $ par mois pour ce service.

Les problèmes d’accès sont importants, surtout pour les nourrissons. Le sondage révèle que 40 % des services de garde n’ont pas de place pour les bébés, ce qui peut être un problème pour les jeunes mères comme Jacklin, 18 ans, qui n'a pas communiqué son nom de famille.

Elle sera maman dans moins de deux mois et ne sait pas si elle pourra poursuivre ses études une fois son enfant au monde, parce qu’elle n’a toujours pas de place en garderie. Elle a mis son nom sur une liste d’attente au mois d'août.

Si je n’ai pas de place pour mon enfant en garderie, ça me prendra plus de temps pour finir mes études secondaires.

Jacklin, 18 ans

Le problème de places pousse de nombreuses familles à se tourner vers des services de garde de moins bonne qualité, ce qui est loin d’être idéal pour les bébés, souligne Line Perron, directrice de l'organisme public Early childhood development support services.

« Les trois premières années dans la vie d'un enfant, c'est critique ça. Il faut que l’enfant soit supporté par des parents et des professionnels qui comprennent le développement de la petite enfance », insiste-t-elle.

Le niveau d’éducation des éducatrices des services de garde sondés est un autre problème soulevé par Public Interest : les garderies qui ont répondu au sondage ont révélé que plus du tiers des employés n'ont qu'une formation de 45 heures, soit le minimum requis par la loi.

Dans un communiqué, Public Interest Alberta souligne que l’annonce du gouvernement albertain le mois dernier de financer 18 centres de la petite enfance et d’y limiter les frais à 25 $ par jour est un pas important dans la bonne direction pour améliorer l’accès aux familles dans le besoin. L'organisme espère également que ces centres deviennent des modèles pour la qualité des services.

Le sondage a été réalisé du 29 août au 7 octobre 2016. Trois cents garderies ont pris part au sondage, dont 90 à Calgary, 92 à Edmonton et 136 dans de plus petites communautés de la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !