•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

250 000 emplois : Philippe Couillard est-il en train de gagner son pari?

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Radio-Canada

Les quatre derniers mois ont été positifs au chapitre de l'emploi au Québec. Et depuis le printemps dernier, le Québec a connu des mois exceptionnels avec la création nette de 21 600 emplois en mai, 21 900 emplois en août et 38 300 emplois en septembre.

Un texte de Gérald FillionTwitterCourriel  

Résultat : cette accélération soudaine de l’emploi fait en sorte qu’au rythme actuel, la promesse libérale de créer 250 000 emplois en cinq ans est à portée de main. Faites le calcul : depuis 30 mois, depuis l’élection du gouvernement de Philippe Couillard, il s’est créé 136 500 emplois au Québec, dont plus de la moitié depuis le mois d’août dernier.

En divisant le total des emplois créés, donc 136 500, par 30 mois, on arrive à 4550 emplois en moyenne par mois. En multipliant ce nombre par 12, on arrive à un rythme annualisé de 54 600 emplois, ce qui dépasse l’objectif de 50 000 emplois par année, promis en campagne électorale, en 2014, par Philippe Couillard.

Beaucoup d’emplois à temps partiel

Ce sont de bonnes nouvelles, mais il ne faut pas sabrer le champagne trop rapidement. D’abord, il y a quelques mois à peine, la création d’emplois était anémique au Québec. Cette embellie est récente et il faudra voir, dans les prochains mois, si elle va durer.

Ensuite, depuis le début de l’année, les deux tiers des emplois créés sont des postes à temps partiel. Si le marché prend de la vigueur, la qualité des emplois s’améliore lentement.

D’ailleurs, selon l’indice de l’emploi de l’Institut du Québec, « la croissance de l’emploi des secteurs privés et publics [demeure en] hausse, tout comme la croissance des emplois bien rémunérés. La situation des travailleurs à temps partiel et des travailleurs temporaires s’est aussi améliorée. Toutefois, la croissance des emplois à temps plein et des salaires semble s’essouffler ces derniers mois. »

De moins en moins de gens dans la population active

Si l’emploi des derniers mois contribue à la baisse du chômage au Québec, à seulement 6,2 % en novembre, le plus faible niveau en 40 ans, il faut aussi souligner la baisse de la population active. S’il y a moins de gens qui cherchent un travail et qui s’excluent donc de la statistique, il y aura moins de chômage.

C’est ce qu’on voit en ce moment : des gens abandonnent leur recherche ou prennent leur retraite. En novembre, on a assisté à une baisse de 20 000 personnes dans la population active, selon Statistique Canada.

Baisse de la population active au QuébecAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Baisse de la population active au Québec

Photo : Radio-Canada

En fait, le vieillissement de la population commence à influencer l’économie. Des milliers de personnes quittent le marché du travail et c’est ce qu’on va constater au cours des 15 prochaines années avec le départ à la retraite des baby-boomers. Cette donnée crée une pression négative sur l’économie et pourrait maintenir la croissance du PIB au Québec à un faible niveau pour plusieurs années encore.

Depuis le début de l’année, la population active a baissé de 0,1 % au Québec. La croissance de la population active dans la province est passée de 8,6 % pour la période 2001-2005 à 6 % de 2006 à 2010, puis à 3,6 % de 2011 à 2015. Le ralentissement est réel et factuel.

Carlos Leitao pavoise

Par ailleurs, le ministre des Finances, Carlos Leitao, s’est attribué le mérite pour cette poussée de l’emploi en affirmant que c’est le reflet d’une « stabilité économique, une stabilité financière grâce aux activités de notre gouvernement depuis mai 2014.

Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Donc, quand on dit que la stabilité budgétaire contribue à l’amélioration de la confiance, ce qui, par la suite, améliore la création d’emplois, je pense qu’on vient [d’en] voir aujourd’hui la confirmation. »

C’est possible. Mais plusieurs économistes, que ce soit Pierre Fortin, l’Institut du Québec ou Desjardins, ont clairement montré que les compressions budgétaires du gouvernement provincial avaient entraîné un ralentissement de la croissance économique et surtout de la croissance de l’emploi depuis deux ans. Il faut donc rester prudent quant au lien à faire entre l’action gouvernementale et l’évolution de l’emploi, que ce soit positif ou négatif.

Une fois qu’on a dit ça, les gains d’emplois depuis quatre mois laissent entrevoir une vigueur plus grande du marché du travail. Et ça laisse croire, en ce moment, que le gouvernement libéral est en voie de respecter sa promesse en matière de création d’emplois.

Économie