•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'histoire mouvementée de la cathédrale de Rimouski

Célébration d'une messe à la cathédrale de Rimouski en 1965
Le chœur de la cathédrale de Rimouski en 1965, avant qu'on retire les boiseries et les ornementations Photo: Archidiocèse de Rimousk
Radio-Canada

Depuis sa construction à partir de 1854, la cathédrale de Rimouski a subi de nombreuses transformations : reconstruction du clocher, agrandissement, restauration, etc. Plusieurs de ces chantiers ont suscité des tensions au sein de la communauté. Regard sur plus de 160 ans d'histoire.

Une texte de Denis Castonguay et Isabelle St-Pierre Roy

 

Voir la ligne du temps en plein écran » (Nouvelle fenêtre)

Le saviez-vous?

Les parents du poète Émile Nelligan se sont mariés dans la cathédrale de Rimouski le 15 juin 1875. Émilie Hudon était originaire de Rimouski, ville où elle a rencontré David Nelligan, un immigrant irlandais.

« La cathédrale est-elle condamnée? »

Il ne s'agit pas d'une nouvelle récente, mais d'un grand titre paru à la une du Progrès du Golfe le 14 janvier 1966. Après 116 ans d’existence, la cathédrale montre alors des signes de détérioration et sa restauration constitue un casse-tête. « Le problème de rénovation de la cathédrale St-Germain de Rimouski est devenu le souci majeur du Conseil de Fabrique St-Germain », peut-on lire.

 

Afficher en plein écran (Nouvelle fenêtre) »

Personne n’ose froidement envisager l’hypothèse de démolir la cathédrale. Mais qu’en pensent les fidèles si les travaux de rénovation doivent coûter des centaines de mille de dollars, approcher le demi-million ou le dépasser même?

Le Progrès du Golfe, 18 février 1966

Pour l’aider dans sa prise de décision, le Conseil de Fabrique lance une consultation populaire sur l’ampleur de travaux à entreprendre. On distribue alors un questionnaire en 17 points pour recueillir la position des paroissiens. L’exercice donne l’occasion à des groupes de militants et d’opposants de faire valoir leurs points de vue.

Au final, la majorité des 1756 répondants manifeste son approbation aux travaux de rénovation. Mais 12 % des personnes consultées déclarent tout de même « préférer voir l’édifice religieux centenaire démoli plutôt que de dépenser des sommes considérables pour la rénovation ».

Cinquante ans plus tard, on croirait revivre les mêmes événements alors que la population rimouskoise s’interroge à nouveau sur l’avenir de la cathédrale. Quel sera le verdict cette fois?

Dossier : cathédrale de Rimouski  

Société