•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Donald Trump et le général Mike Segar.

Donald Trump et le général James Mattis.

Photo : Reuters / Mike Segar

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président américain désigné a annoncé l'identité de son secrétaire à la Défense, jeudi soir, lors d'un événement au cours duquel il s'est engagé à rassembler « un pays très divisé ». Donald Trump lançait à Cincinnati, en Ohio, une tournée de remerciements qu'il entend mener dans plusieurs États.

Donald Trump a opté pour le général James Mattis comme secrétaire à la Défense.

Nous allons nommer "Mad Dog" Mattis secrétaire à la Défense. Mais nous ne l'annoncerons pas avant lundi, donc ne le dites à personne.

Une citation de : Donald Trump

Cet ancien officier de 66 ans est réputé pour son style direct, pour son expérience sur le terrain et pour sa méfiance envers l'Iran. Il a dirigé le commandement central de l'armée américaine, qui supervise les opérations sur une zone allant de la Corne de l'Afrique à l'Afghanistan et au Pakistan, entre 2010 et 2013.

James Mattis sera le premier ancien général à devenir secrétaire à la Défense depuis que le président Harry Truman avait choisi George Marshall en 1950. Il devra obtenir l'aval du Congrès pour entrer en fonction.

James Mattis n'a pris sa retraite qu'en 2013. Or un secrétaire à la Défense doit avoir été civil pendant au moins sept ans avant de prendre la tête du Pentagone. Le Congrès peut toutefois lui accorder une exception et le passé militaire jugé glorieux de l'ancien officier pourrait dissuader les sénateurs démocrates de bloquer sa nomination.

Donald Trump a assuré qu'il est « excellent », voire « le meilleur » et « ce qu'on a de plus proche du général George Patton », une allusion à celui qui s'était illustré durant la Seconde Guerre mondiale.

Le nom de James Mattis pour prendre la tête du Pentagone circulait avec insistance depuis que Donald Trump l'avait reçu le 19 novembre.

M. Trump et son vice-président élu Mike Pence ont jusqu'à maintenant rencontré plus de 70 candidats potentiels pour différents postes.

Un président « rassembleur »

« Nous allons rassembler notre pays, tout notre pays », a par ailleurs lancé le républicain devant des milliers de partisans.

Il a notamment tendu la main aux électeurs démocrates.

Nous condamnons l'intolérance et les préjugés sous toutes leurs formes. Nous dénonçons toute la haine et rejetons avec force le langage d'exclusion et de séparation.

Une citation de : Donald Trump
Un partisan de Donald Trump affiche ses couleurs, à Cincinnati.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un partisan de Donald Trump affiche ses couleurs, à Cincinnati.

Photo : Reuters / Mike Segar

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !