•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élèves de Sept-Îles participent au « Défi 100 milles »

Des élèves de l'école Gamache relèvent le défi de marcher 100 milles.en 100 jours.

Des élèves de l'école Gamache relèvent le Défi 100 milles.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À Sept-Îles, les élèves de l'École Gamache s'engagent à marcher un mille par jour, soit 1,6 kilomètre, pendant 100 jours. Le « Défi 100 milles » commence jeudi et se poursuivra jusqu'en mars.

Les élèves sont encouragés à marcher ou à pratiquer une autre activité à l'extérieur durant au moins 30 minutes tous les jours.

La secrétaire de l'école Gamache, Nadine Boudreau, a d'abord convaincu ses collègues de travail.

« On a commencé avec les membres du personnel déjà avant le premier décembre, à aller marcher après l'école, de quatre heures moins quart à quatre heures et quart. »

Là, on implique les enfants. Avec ça, on va, deux fois semaine, aller prendre une marche avec les enfants du service de garde, en plus d'encourager les enfants de l'école, là, à le faire aussi.

Une citation de : Nadine Boudreau, secrétaire, école Gamache de Sept-Îles

La direction de l'école souhaite que l'initiative contribue à modifier les habitudes de vie des élèves. « Pour nous, la santé des enfants, c'est quelque chose de très important. Moi-même, j'ai toujours fait attention à ma santé, je m'entraîne régulièrement et je veux inculquer ça aux enfants. »

C'est la base de la santé, et puis au niveau de la concentration, l'attention, la fatigabilité et l'exercice physique. Ça amène tout ça, dans le fond.

Une citation de : Johanne Moreau, directrice, école Gamache de Sept-Îles
Les jeunes élèves de l'école Gamache de Sept-Îles relèvent le défi. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les jeunes de l'école Gamache relèvent le défi.

Photo : Radio-Canada

Les jeunes reconnaissent le bien-fondé du « Défi 100 milles ». Shana Godin est en cinquième année. « C'est le fun, parce qu'on a pas l'habitude de faire du sport dehors. On a plus l'habitude d'en faire dans un gymnase, ou sinon en dedans. »

Étudiant en sixième année, Étienne Labbée relève volontiers le défi. « On pense que ça va améliorer un peu le comportement et que les gens vont être plus motivés à faire du sport. »

Plusieurs écoles du Québec participent au « Défi 100 milles. »

Un texte de Louis Garneau, avec les informations de Katy Larouche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !