•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Petit lexique de la neige

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Avec l'hiver à nos portes, pourquoi ne pas ramener à l'esprit quelques expressions colorées qui désignent la neige dans toute sa diversité? L'idée a été lancée au chroniqueur et premier conseiller linguistique de Radio-Canada, Guy Bertrand, qui s'est prêté au jeu.

Poudrerie sur la rue Amirault, à Dieppe
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Poudrerie sur la rue Amirault, à Dieppe (archives)

Photo : Radio-Canada / Rosaire L'Italien

Poudrerie

La poudrerie, qui signifie une fabrique de poudre, n’est pas une forme de précipitation en soi.

Au Québec, le mot désigne plutôt le vent qui souffle la neige au sol.

« Ça crée des problèmes de visibilité pour les gens sur les routes. C’est un phénomène dangereux, mais c’est beau aussi. »

— Une citation de  Guy Bertrand, chroniqueur et premier conseiller linguistique de Radio-Canada

Des patineurs sur le canal Rideau à Ottawa
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des patineurs sur le canal Rideau à Ottawa

Photo : Radio-Canada / ICI Radio-Canada/Michel Aspirot

Floconnade

Voici un mot beaucoup moins connu au Québec qu'en Europe.

Bien que la floconnade n’ait pas de définition officielle, elle caractérise une légère chute de neige, paisible et sans vent.

« Ce sont de petits flocons qui nous tombent dessus lentement. C’est très beau. »

— Une citation de  Guy Bertrand, chroniqueur et premier conseiller linguistique de Radio-Canada

Un lièvre à raquettes
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un lièvre à raquettes

Photo : Radio-Canada / La semaine verte

Peaux et poils de lièvre

Dans certaines régions du Québec, comme au Saguenay-Lac-Saint-Jean, on appelle peaux de lièvres une neige lourde qui tombe en très gros flocons.

Inversement, il tombe des poils de lièvre lorsque la neige est légère.

Et vous, quelles sont vos expressions préférées pour désigner les différents types de neige?


La rue d'Aiguillon enneigée.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La rue d'Aiguillon enneigée.

Photo : Radio-Canada / Jean-Simon Fabien

Névasse

La névasse est une neige fondante souillée qu’on trouve sur les voies de communication et dans les espaces publics.

« Chaque année, je parle de la névasse, qui est le mot qu’on devrait utiliser, mais que personne n’aime! »

— Une citation de  Guy Bertrand, chroniqueur et premier conseiller linguistique de Radio-Canada

Le mot est pratiquement inusité dans la langue courante, selon Guy Bertrand. L'anglicisme slush est plus connu, mais il est à éviter.

On peut aussi parler de gadoue, un terme qui désigne une terre détrempée. L'expression a fini par faire sa place et est passée dans l'usage, ajoute le conseiller linguistique.


canon à neige sur une piste
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un canon à neige.

Photo : ICI Radio-Canada/Mike Rudyk

Neige artificielle... ou fabriquée

La neige artificielle est celle produite à l'aide d'atomiseurs et de ventilateurs pour les pistes de ski, par exemple. D'une texture granuleuse, elle possède les mêmes propriétés que la neige naturelle.

Même si l'expression neige artificielle est acceptée, Guy Bertrand préfère plutôt parler de neige fabriquée.

« La neige artificielle, cela laisse entendre que c'est la neige elle-même qui est artificielle », explique-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !