•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Internet Archive cherche à se protéger de Trump

Allier vie privée et vie collective est l'un des défis de notre époque.

Allier vie privée et vie collective est l'un des défis de notre époque.

Photo : iStock

Martin Lessard

L'Internet Archive, l'organisation à but non lucratif basée aux États-Unis qui sauvegarde 300 millions de pages web chaque semaine avec son outil Wayback Machine, fait une collecte de fonds pour protéger ses données contre le futur président Trump et dit vouloir placer des copies de sécurité au Canada.

Le fondateur de cette bibliothèque du web, Brewster Kahle, a publié hier un billet sur le blogue de l’organisme sur l’arrivée prochaine au pouvoir de Donald Trump. Pour lui, c’est le début de temps sombres pour la vie privée.

L’Amérique s’est levée le 9 novembre en ayant une nouvelle administration qui a promis des changements radicaux. C’est un signe pour les institutions comme la nôtre [...] Cela veut dire qu’il faut continuer à servir nos utilisateurs partout sur la planète, malgré une surveillance gouvernementale qui ne va pas en diminuant. En fait, elle augmente.

Brewster Kahle, fondateur d’Internet Archive

Il cherche à rassurer les utilisateurs qu’ils ne seront pas espionnés en visitant son site, et laisse sous-entendre que ce sera le cas pour les Américains quand Trump sera au pouvoir.

En effet, le président désigné n’a pas caché durant la campagne son penchant pour une surveillance plus accrue (de ses boucs émissaires) et plus de censure (des médias « corrompus »).

Le Canada, terre numérique d’accueil

Pour le fondateur d’Internet Archive, et de ce formidable outil Wayback Machine qui permet de visiter des sites web tels qu'ils apparaissaient à une certaine date, c’est un signe qu’il doit maintenant trouver une façon de mettre ses données à l’abri et c’est le Canada qui est l’endroit tout désigné pour lui.

Au cours de l’histoire, les bibliothèques ont toujours combattu les terribles violations de la vie privée - elles ont toujours été un lieu de lecture. Nous, à Internet Archive, nous allons nous battre pour protéger le droit à la vie privée de nos lecteurs dans le monde numérique.

Brewster Kahle, fondateur d’Internet Archive.

La distance n’ayant plus une grande signification dans un contexte de réseau planétaire, on peut se demander pourquoi les serveurs de copies de sécurité d’Internet Archive ne pourraient pas être plutôt en Suisse ou en Australie. La différence aurait été peu perceptible.

C’est en fait l’image de marque du Canada et sa proximité géographique qui servent d’argument de vente pour attirer les dons dont a besoin l’organisation pour travailler.

Il n’est pas dit dans le billet de blogue du fondateur comment le droit à la vie privée sera protégé, ni pourquoi le fait de placer les copies de sécurité au Canada constituerait une meilleure protection. Ça semble être plutôt un argument marketing qui est en phase avec l'état d'esprit aujourd'hui.

Temps sombres

Avec l’arrivée de Trump, et de ses idées extrêmes, le Canada est souvent perçu par les Américains durant les temps sombres (pensons à la guerre du Vietnam) comme un territoire où se réfugier.

Il est intéressant de croire que cette image dure d’une Amérique qui se transforme en un État de surveillance et d’exclusion des immigrants puisse profiter au Canada comme argument touristique, migratoire et commercial.

D’aucuns pensent que si la Silicon Valley, où se trouvent de nombreux progressistes et immigrants, se sent menacée, une vague d’émigration vers le nord sera bénéfique pour nos compagnies en technologie. Il manque ici, en effet, de programmeurs ou d’experts en nouvelles technologies.

Pour l’instant, les données semblent vouloir être les premières à migrer, si l’on en croit le fondateur d’Internet Archive. Pour le reste, les frontières sont encore grandes ouvertes et les demandes de migration peu nombreuses.

Techno