•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des athlètes d'arts martiaux mixtes, dont Georges St-Pierre, se regroupent en association

Photo : Getty Images / Jeff Bottari/Zuffa LLC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Georges St-Pierre, Cain Velasquez et T.J. Dillashaw, d'anciens champions de l'Ultimate Fighting Championship (UFC), ainsi que Donald Cerrone et Tim Kennedy sont les têtes d'affiche de l'Association des athlètes en arts martiaux mixtes, comme annoncé mercredi.

Au cours des derniers mois, soit depuis l'arrivée des nouveaux propriétaires, les façons de travailler de l'UFC ont beaucoup changé, ce qui a soulevé la colère des athlètes.

L'association viendra préserver les droits des athlètes qui sentent le tapis leur glisser sous les pieds.

« La relation entre l'UFC et les athlètes s'est détériorée. Je veux rectifier cette situation, a expliqué St-Pierre. Je veux défendre mes droits, mais aussi ceux de mes confrères. »

En octobre dernier, il n'avait pu s'entendre sur les termes d'un combat pour son retour à la compétition. L'athlète québécois recherche un meilleur partage des recettes.

Georges St-PierreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Georges St-Pierre

Photo : La Presse canadienne / Isaac Brekken

« J'ai vu des athlètes blessés. J'ai vu des athlètes diminués par des commotions cérébrales, a ajouté Georges St-Pierre. Certains sont même handicapés. »

Les cinq athlètes présents dirigeront la nouvelle association.

« Nous voulons changer le visage de notre sport. La direction qu'il prend n'est pas la bonne, a déclaré Tim Kennedy, dont le premier combat remonte à 2001. Nous voulons être traités comme les athlètes des autres sports majeurs avec un plan médical, un plan de retraite. »

Cain Velasquez peut parler de son exemple. Son sport est un des plus difficiles pour le corps humain, et ce dernier aura besoin en retour d'être soigné.

« Je suis avec l'UFC depuis 2008. J'ai déjà eu à subir sept interventions chirurgicales, que ce soit aux genoux ou au dos, dit-il. Je suis à l'horaire du prochain programme, le 30 décembre, et déjà je sais que je devrai retourner sous le bistouri. »

Bjorn Rebney, l'ancien président de Bellator, concurrent de l'UFC pour l'organisation de combats en arts martiaux mixtes, était également présent au point de presse. Il sera conseiller et stratège pour la nouvelle association.

Connaissant le milieu, il appuie ces athlètes dans leur quête, ainsi que leurs demandes qu'il considère comme légitimes.

« Les nouveaux propriétaires ont payé 4 milliards de dollars américains pour faire l'acquisition de l'entreprise sportive la plus rentable du monde, a d'abord avancé Rebney. Ils évaluent même leur organisation à 6 milliards de dollars américains. Je crois que les athlètes ont droit à leur part du gâteau. »

Georges St-Pierre a été encore plus clair quant à sa situation personnelle.

« Je ne suis pas à la retraite. Je n'ai pas accepté la proposition de l'UFC parce qu'elle n'était pas équitable pour moi, a-t-il précisé. Je peux vous dire que des athlètes vont être intimidés par l'UFC, voire menacés. Je leur dis de ne pas céder, de venir nous voir. Nous allons nous tenir debout et, en groupe, il sera plus facile de le faire. »

Une première association a tenté de voir le jour, l'été dernier, mais n'a pu aller de l'avant parce que l'UFC a utilisé ses moyens financiers pour la contrecarrer.

Il faut dire qu'elle n'avait pas les mêmes têtes d'affiche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !