•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Assermentation du plus jeune député de l’histoire de l’Ontario

Sam Oosterhoff est assis à un bureau, souriant devant les caméras.

Sam Oosterhoff, le plus jeune député provincial de l'histoire de l'Ontario, lors de son assermentation le 30 novembre 2016. À sa droite, le chef du parti progressiste-conservateur Patrick Brown.

Photo : Radio-Canada / Kate McGillivray

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le progressiste-conservateur Sam Oosterhoff, âgé de 19 ans, a fait son entrée officielle à l'Assemblée législative mercredi matin, le lendemain du vote sur l'adoption d'une loi concernant la parentalité des couples homosexuels.

L’assermentation du nouveau député de Niagara Ouest-Glanbrook aurait pu se dérouler deux jours plus tôt, en même temps que celle de la députée libérale Nathalie Des Rosiers, nouvellement élue à Ottawa-Vanier.

Mais Sam Oosterhoff a préféré reporter la date pour faciliter la présence de ses proches.

En retardant son arrivée à Queen’s Park, le jeune député n’a pas pu se prononcer sur l’adoption de la Loi sur l’égalité de toutes les familles, approuvée à l’unanimité la veille malgré l’absence remarquée d’une grande partie du caucus conservateur.

Si Sam Oosterhoff avait été présent et s'il avait voté contre la loi, il aurait pu mettre le chef de son parti dans l'embarras. Patrick Brown essaie d'apporter un vent de renouveau au sein du parti en prenant ses distances avec des valeurs sociales conservatrices.

 

Sur Twitter, l’étudiant de l’Université Brock a toutefois qualifié la loi d’irrespectueuse envers « les pères et les mères », tout en déplorant son texte « mal écrit ». Il se définit lui-même comme un élu « pro-vie ».

Mercredi matin, Sam Oosterhoff a dit vouloir s'attaquer aux tarifs d'électricité et aux coûts des soins de santé.

Il désire également favoriser l'investissement dans les infrastructures de la région du Niagara pour répondre à la croissance de la population.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !