•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décision du fédéral sur les pipelines : l'Alberta est satisfaite

La première ministre albertaine Rachel Notley.

La première ministre albertaine Rachel Notley.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La première ministre albertaine Rachel Notley a déclaré qu'elle accueillait favorablement la décision d'Ottawa, malgré le refus du projet Northern Gateway.

Un texte de Camille MartelTwitterCourriel 

L'agrandissement du pipeline de Trans Mountain permettra notamment à sa province de conquérir de nouveaux marchés tels que la Chine, croit Rachel Notley. Elle estime que cette décision permettra à l'Alberta de se sortir de son marasme économique dû à la chute des prix du pétrole.

En retour, elle promet la pleine participation de sa province à la lutte aux changements climatiques.

Selon elle, il était temps que l'Alberta rattrape la Colombie-Britannique sur ce plan et en matière de protection de l'environnement.

Les Albertains sont habitués à être des leaders et c'est exactement ce que nous faisons aujourd'hui.

Rachel Notley, première ministre de l'Alberta

Elle a mis de l'avant le nouveau plan climatique de l'Alberta, qui compte entre autres fermer toutes les centrales de charbon d'ici 2030 et imposer une taxe carbone. Cela diversifiera l'économie, croit-elle, et permettra de créer des emplois dans le domaine des énergies renouvelables.

En ce qui a trait à Northern Gateway, la première ministre a indiqué qu’Enbridge et son propre gouvernement étaient bien au courant que celui-ci posait problème pour certaines communautés.

Par contre, selon elle, l’Alberta s’en sort tout de même gagnante, puisque l’important était d’exporter plus de pétrole de la province et les projets de la Ligne 3 et Trans Mountain rempliront exactement cette fonction.

Elle a aussi assuré que ces deux projets respecteront les limites de gaz à effet de serre exigées par le plan climatique albertain. De plus, la première ministre estime que près de 15 000 emplois pourraient être créés dans la province seulement avec le projet Trans Mountain.

Le chef de l'opposition Wildrose a quant à lui vivement critiqué l’abandon du projet Northern Gateway entre les sables bitumineux et Kitimat sur la côte nord de la Colombie-Britannique. Brian Jean a rappelé que Rachel Notley avait elle-même donné son aval à ce projet au printemps dernier.

 

Les pétrolières : plus favorables que déçues

La pétrolière albertaine Enbridge s’est aussi dite satisfaite de la décision d’Ottawa sur le remplacement de la Ligne 3 entre l'Alberta et l'État du Wisconsin.

Elle est toutefois fois déçue du refus du fédéral d’aller de l’avant avec Northern Gateway.

Le tracé de la canalisation 3 de l'entreprise Enbridge. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le tracé de la canalisation 3 de l'entreprise Enbridge.

Photo : Radio-Canada

Selon elle, ce pipeline était un important projet pour exporter les ressources pétrolières canadiennes vers les marchés internationaux.

Enbridge a aussi ajouté que le projet aurait profité aux communautés autochtones, qui s’étaient opposées fermement au projet, en injectant près de deux milliards de dollars au sein de leurs communautés.

De son côté, la pétrolière Kinder Morgan a salué le feu vert d’Ottawa en ce qui concerne le pipeline Trans Mountain.

Tracé de l'oléoduc Transmountain de l'entreprise Kinder Morgan. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Tracé de l'oléoduc Transmountain de l'entreprise Kinder Morgan.

Photo : Radio-Canada

« C’est une annonce significative pour notre projet et pour le Canada », a déclaré son président Ian Anderson.

La pétrolière accepte les 157 conditions imposées par le fédéral et estime que celles-ci permettront de mener à terme le projet tout en respectant l’environnement, notamment en ce qui a trait au plan de rétablissement de l’épaulard.

Elle prévoit achever la construction de Trans Mountain d’ici septembre 2017.

L’Association canadienne des producteurs pétroliers s’est aussi réjouie de l’approbation du projet de pipeline Trans Mountain, mais ne s’est pas prononcée sur le rejet de Northern Gateway.

Colère chez Greenpeace

« Apparemment, les solutions harmonieuses (« sunny ways ») de Justin Trudeau signifient des temps sombres pour la lutte aux changements climatiques et la réconciliation avec les communautés autochtones »,a indiqué le représentant albertain de Greenpeace, Mike Hudema.

Selon lui, le remplacement de la Ligne 3 signifie une augmentation de 10 à 13 millions de tonnes de gaz à effet de serre dans l’atmosphère et autant encore pour l’agrandissement du pipeline Trans Mountain.

Ensemble, dit-il, ces deux projets empêcheront d'atteindre la cible de réduction des gaz à effet de serre du nouveau plan sur le climat et atténueront les effets bénéfiques de la fermeture des centrales de charbon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Industrie pétrolière