•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vieillissement de la population : le Nouveau-Brunswick face à des défis de taille

Les îles-de-la-Madeleine affrontent un manque criant de places d'hébergement pour les personnes âgées.

Les îles-de-la-Madeleine affrontent un manque criant de places d'hébergement pour les personnes âgées.

Photo : Istock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Nouveau-Brunswick est la province canadienne présentant la plus forte proportion de personnes âgées. Actuellement, 19 % de sa population a 65 ans et plus et, d'ici 20 ans, cette proportion risque de doubler. Pour une des provinces les plus pauvres du Canada, c'est un fardeau financier lourd à porter.

Un texte de Elisa SerretTwitterCourriel 

Le Nouveau-Brunswick se situe loin devant si on compare sa proportion de personnes âgées de plus de 65 ans à celle des provinces des Prairies.

 

Le ministre de la Santé, Victor Boudreau, est conscient que son gouvernement a du pain sur la planche et que les prochaines années s’annoncent ardues.

On est les premiers au Canada à passer à travers le vieillissement.

Une citation de : Victor Boudreau, ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick

Il manque déjà de foyers de soins pour les aînés, mais l'ajout de nouveaux établissements n'est pas vraiment la solution, selon lui.

Nous prévoyons construire des foyers de soins, il y a des foyers de soins présentement en construction, mais on ne réussira jamais à en construire suffisamment assez rapidement pour faire face au défi qu’on a.

Une citation de : Victor Boudreau, ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick
Victor Boudreau estime qu'il faut essayer de garder les gens à la maison le plus longtemps possible.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Victor Boudreau estime qu'il faut essayer de garder les gens à la maison le plus longtemps possible.

Photo : Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick mise donc sur les soins à domicile pour contrer le problème. Il y a déjà quelques programmes en place, mais il faudra mettre beaucoup plus de ressources d’ici quelques années pour répondre aux besoins.

« En travaillant avec nos médecins de famille et pour essayer de garder les gens à la maison le plus longtemps possible. C'est la meilleure option pour les aînés et la moins coûteuse », explique Victor Boudreau.

Un laboratoire pour le reste du pays

Bien que cela mette les institutions à rude épreuve, certains estiment que la province pourrait être le terrain d’un projet pilote intéressant sur le vieillissement de la population pour le pays.

On est en discussion avec le gouvernement fédéral pour voir s’il y a des choses en particulier qu'on peut essayer de piloter au N.-B. On se voit quand même comme un microcosme du Canada, nous avons des régions rurales, urbaines, francophones et anglophones.

Une citation de : Victor Boudreau, ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick

Manque de main-d'oeuvre

Selon Suzanne Dupuis-Blanchard, professeure à l'École de science infirmière et titulaire de la Chaire de recherche CNFS en vieillissement, fait partie du conseil sur le vieillissement de la province. Celui-ci déposera d’ici une semaine un rapport avec des recommandations urgentes à mettre en place.

Le rapport devrait notamment recommander de sensibiliser les jeunes au problème du vieillissement et d’augmenter rapidement les salaires dans le secteur de la gérontologie, qui sont souvent dérisoires. Une situation qui ne contribue pas à attirer les jeunes dans ce domaine.

Selon une étude menée par le conseil sur le vieillissement, seulement 7 % des jeunes seraient intéressés par un emploi qui consiste à travailler avec les personnes âgées.

On prêche chez les différents gouvernements l'importance du maintien à domicile et de garder nos aînés dans la communauté, mais comment faire ça si on n'a pas une ressource humaine qui est en place?

Une citation de : Suzanne Dupuis-Blanchard

La population diminue, le financement aussi

Outre le manque de travailleurs, il y a aussi moins de personnes actives pour payer la facture en raison du vieillissement de la population. Sans compter que le gouvernement fédéral veut limiter l'augmentation de ses transferts en santé à 3 %.

Selon l’économiste et directeur de l'Institut Donald J.Savoie, Richard Saillant, Ottawa devrait aussi revoir sa distribution des transferts en santé.

Pour l'instant, les transferts fédéraux ne tiennent pas compte du fait que certaines régions ont des besoins beaucoup plus importants que d'autres, et ça, on est en 2016. Imaginez en 2030.

Une citation de : Richard Saillant, directeur de l'Institut Donald J.Savoie

Il prévient aussi que le filet de sécurité sociale pourrait disparaître si les coûts liés à la santé ne font qu’augmenter.

Pour contrer les difficultés posées par une population vieillissante au Nouveau-Brunswick, certains croient que la province devra faire appel à l'immigration. Des économistes mettent aussi en garde le gouvernement : augmenter les taxes et les impôts pour mieux financer les services pourrait avoir un effet négatif et faire fuir davantage de jeunes vers d'autres provinces.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !