•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Feuilleton, le nouveau concept de littérature web présenté par la plateforme Abitibi/Montréal

Feuilleton, le nouveau volet de la plateforme web Abitibi/Montréal

Feuilleton, le nouveau volet de la plateforme web Abitibi/Montréal

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La plateforme Abitibi/Montréal, qui offre un espace de création aux auteurs amateurs ou professionnels qui veulent s'exprimer sur la réalité de choisir de vivre dans la région ou de la quitter, a dévoilé récemment un nouveau volet nommé Feuilleton. Ce nouveau concept propose aux lecteurs de suivre une série de textes publiés chaque semaine sur le site web. Chaque texte propose une chute ouverte qui garde le lecteur en haleine jusqu'à ce que la suite soit mise en ligne la semaine suivante.

Un article de Félix B. DesfossésTwitterCourriel 

Rester/Partir

Le concept est rétro dans son approche. Le nom Feuilleton a d'ailleurs été choisi en cette fonction d'évoquer les séries télé des années 60, tel que Batman, qui se terminaient par « À suivre la semaine prochaine... ». L'idée est celle de Mathieu Gagnon, originaire de Val-d'Or, fondateur de la plateforme Abitibi/Montréal. Diplômé du bac en Création numérique de l'UQAT, il a travaillé dans son domaine à Montréal durant quelques années avant de revenir vivre dans la région. Établi à Rouyn-Noranda, de jour, il travaille comme développeur web à L'Agence secrète. Le soir, c'est Abitibi/Montréal qui l'occupe.

« Je me définis comme un designer social, affirme Mathieu Gagnon. Je veux vraiment que ce que je fais avec ces deux mains-là, ça serve à une cause plus grande qu'une entreprise. J'ai vraiment envie de faire avancer le milieu avec le web. Abitibi/Montréal, c'est ça en fait. J'ai vraiment envie de démocratiser le web, de le rendre plus accessible. »

Ce projet web ouvre son portail à la plume d'auteurs, débutants ou aguerris, afin qu'ils puissent s'exprimer sur leur réalité géographique ou sociale, essentiellement, pour répondre au « grand questionnement : je reste ou je pars? », résume M. Gagnon.

Un feuilleton de Bruce Gervais

Il y a deux semaines, Abitibi/Montréal inaugurait un nouveau volet de son offre web avec la publication du premier épisode de Feuilleton. Cette première série est écrite par Bruce Gervais (Dormir debout, éditions du Quartz) et s'intitule Ciel ouvert. Bien que quelques épisodes soient déjà écrits, on sait que l'intégralité de ce feuilleton n'est pas encore couchée sur papier. Le lecteur peut donc voir un roman naître graduellement sous ses yeux.

En créant ce nouveau format hybride là, j'espère donner un bon coup dans le derrière à ce qui se passe en lecture, en littérature ici à Rouyn-Noranda.

Une citation de : Mathieu Gagnon

Le fondateur d'Abitibi/Montréal, spécialiste des nouvelles technologies, pourrait choisir d'inviter le public à vivre toutes sortes d'expériences hautement avancées. Mais son approche est plutôt d'utiliser l'attrait de la techno pour cultiver le goût de la lecture. « On dirait que peu importe quelle est la technologie que tu utilises, tous les gens sont à la recherche de la même chose, c'est de raconter une bonne histoire. C'est du storytelling. C'est une manière, finalement, de faire passer un message, que ce soit avec la réalité virtuelle, la réalité augmentée, un site web ou un projet interactif. C'est toujours de faire passer un message par le biais d'une histoire, observe-t-il. C'est pour ça que j'adore un texte. C'est la manière la plus brute qu'il y a présentement qu'il y aura sûrement toujours de raconter une histoire. »

Le premier épisode du feuilleton Ciel ouvert de Bruce Gervais se termine ainsi : « Dans ce croche de la mort, ce long ruban gris, elle marche sur l’eau. Je la vois mieux. Elle ne tend pas le pouce, elle marche de l’autre bord. Elle déballe en mordant dedans, un sac de chips. Je ralentis. J’arrête. » La suite est déjà en ligne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !