•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de Castro : réaction forte de la communauté cubaine à Montréal

Fidel Castro le 21 juillet 2006

Fidel Castro le 21 juillet 2006

Photo : Reuters

Radio-Canada

La mort de l'ancien président cubain Fidel Castro a provoqué des manifestations de joie dans la communauté cubaine de Miami, en Floride. Mais à Montréal, la communauté cubaine se fait discrète à ce sujet.

Les quelques clients du petit café cubain Cécilia de la rue Bélanger étaient rivés au téléviseur qui diffuse en continu les réactions à la mort de Fidel Castro. Entre deux bouchées de sandwich, Moise Cueto y va de quelques commentaires.

« Ce sont ces mêmes personnes qui ont voté pour Donald Trump », s'indigne-t-il, en voyant la fête de la communauté cubaine de Miami. Pour lui, la mort de l'ex-président n'a rien de réjouissant.

Moise Cueto a 33 ans. Il a quitté Cuba pour s'installer au Québec il y a huit ans. Il dit qu'il n'est pas communiste et formule certaines critiques envers son pays. Mais il souligne aussi qu'il est un enfant de la Révolution, qu'il est né sous le régime castriste, et qu'il se souviendra de Fidel comme d'un homme vaillant. Moise Cueto dit qu’il a du respect pour Fidel Castro, qu’il considère comme étant une personne intelligente.

Pour le président de l'Association afro-cubaine de Montréal, Julio Hong, les réactions plus modérées de certains Cubains d'ici sont dues à l'immigration récente de ceux-ci.

« La communauté cubaine de Montréal, c'est une communauté très jeune, qui, pour la majorité, ont quitté Cuba pour des raisons économiques et non pour des raisons politiques. On est arrivés ici pas pour se rappeler de choses que nos parents ont vécues », dit Julio Hong.

Selon des données du ministère québécois de l'Immigration, 3700 Cubains habitaient au Québec en 2006. Dix ans plus tard, ils sont environ 8000.

Castro a visité Montréal à deux reprises

Fidel Castro est escorté par des policiers de l’État du Massachusetts alors qu’il s’apprête à prendre son avion en direction de Montréal, en 1959.

Fidel Castro est escorté par des policiers de l’État du Massachussetts alors qu’il s’apprête à prendre son avion en direction de Montréal, en 1959.

Photo : Presse canadienne

Le 26 avril 1959, Fidel Castro foule le sol canadien pour la première fois. Il débarque à Montréal pour une visite éclair, seulement quatre mois après que ses troupes révolutionnaires eurent renversé le gouvernement de Fulgencio Batista. Suscitant la curiosité, l'homme multiplie les bains de foule, où on l'acclame et où l'on se presse pour lui serrer la main.

Il est reçu par la Chambre de commerce des jeunes du district de Montréal, qui a organisé une collecte de jouets à l'intention des enfants cubains.

Dans son allocution, Fidel Castro évoque l'état du commerce extérieur limité et la nécessité de capitaux étrangers pour relancer l'économie de l'île. Il réfute également les allégations sur l'affiliation communiste de son régime.

À la fin de la conférence, Fidel Castro dit qu’il admire la police montée canadienne et manifeste la volonté d'implanter une police similaire, calquée sur le modèle canadien. Fidel Castro visite l'Hôpital Sainte-Justine, répondant ainsi à la demande de son ministre de la Santé qui souhaite voir des installations modernes.

Après quelques heures passées en sol montréalais, il repart pour Cuba.

En octobre 2000, Fidel Castro effectue un deuxième voyage au Canada, cette fois, pour assister aux funérailles de Pierre Elliott Trudeau.

Grand Montréal

Société