•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sommet de la Francophonie : Kathleen Wynne aurait dû être là, selon un expert

Le drapeau franco-ontarien
Le drapeau franco-ontarien Photo: Radio-Canada

La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, aurait dû se rendre à Madagascar, en Afrique, pour le sommet de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), ce week-end, selon le professeur Frédéric Bérard.

Pour le codirecteur de l’Observatoire national en matière de droits linguistiques de l’Université de Montréal, ça aurait été une « chance en or » de faire valoir la candidature de l’Ontario, qui cherche à devenir membre observateur de l’OIF.

Le Québec et le Nouveau-Brunswick en sont déjà membres, conjointement avec Ottawa.

En l’absence de Mme Wynne, c’est la ministre ontarienne déléguée aux Affaires francophones, Marie-France Lalonde, qui prononcera un discours samedi au Sommet de Madagascar, pour tenter de convaincre les délégués d’accepter la demande d’adhésion de l’Ontario.

 

Dans un communiqué, le bureau de la première ministre affirme que cette dernière « suit attentivement le dénouement du sommet » et qu'elle a travaillé avec l'Office des affaires francophones à l'élaboration de la candidature.

« En préparation du sommet, elle a défendu cette candidature à Ottawa le mois dernier lors d’une rencontre à laquelle elle participait avec des représentants de l’OIF », dit aussi le bureau de Kathleen Wynne.

Le symbole n’est pas aussi fort que lorsqu’il s’agit de la première ministre. [La présence de Mme Wynne] aurait facilité les chances [de l’Ontario].

Frédéric Bérard, professeur de l'Université de Montréal
 

Les premiers ministres du Québec et du Nouveau-Brunswick participeront au Sommet à Madagascar, tout comme leur homologue fédéral, Justin Trudeau.

 

Toronto

Francophonie