•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pauvreté infantile : les efforts sont encore insuffisants selon un rapport

Le rapport de Campagne 2000 sur la pauvreté infantile en Ontario.
Les progrès en matière de lutte contre la pauvreté infantile en Ontario ne sont pas assez rapides selon un rapport. Photo: Radio-Canada / Mathieu Simard
Radio-Canada

La pauvreté infantile est en baisse en Ontario, mais demeure un « problème criant » qui persiste à cause de progrès insuffisants. Le rythme des avancées doit s'accélérer, selon le rapport annuel de l'association Campagne 2000.

Un texte de Mathieu SimardTwitterCourriel 

Encore aujourd'hui, un enfant de moins de 18 ans sur six (soit 513 850 mineurs) vit sous le seuil de pauvreté en Ontario. Chez les moins de six ans, c'est un enfant sur cinq qui se retrouve dans cette situation.

Ces données sont encore alarmantes pour les organismes qui font partie du regroupement de lutte contre la pauvreté, Campagne 2000. Elles montrent cependant une diminution de la pauvreté infantile dans la province, une première depuis 2010.

Hausse du coût de la vie

Le collectif qui a produit le rapport indique que la volonté du gouvernement de sortir les jeunes de la misère semble réelle avec de nouvelles politiques comme l'augmentation du salaire minimum et la bonification de la Prestation ontarienne pour enfants (POE), mais que l'effort demeure insuffisant face à la flambée du coût de la vie.

« Le coût du logement, de l'électricité, des aliments, des fournitures scolaires, des services de santé, autant de biens essentiels, continue d'augmenter et, partout dans la province, de nombreuses familles ont du mal à joindre les deux bouts », peut-on lire dans le rapport.

Les conclusions de Campagne 2000 n'ont rien d'étonnantes pour la directrice de l'organisme torontois La Passerelle-IDE, qui fait partie du collectif. « Il y a une légère amélioration, mais pas assez pour nous. Il reste encore beaucoup de travail à faire », explique Léonie Tchatat.

Des communautés plus touchées que d'autres

Le rapport souligne d'ailleurs que le gouvernement provincial devra mettre les bouchées doubles s'il veut atteindre les objectifs fixés dans sa Stratégie de réduction de la pauvreté (SRP), qui prévoit une réduction de 25 % du taux de pauvreté infantile sur cinq ans.

C'est un fléau majeur, c'est une réalité et il faut créer des mécanismes pour l'éradiquer.

Léonie Tchatat, La Passerelle-IDE

Sur le terrain, Mme Tchatat indique que la pauvreté touche certaines communautés plus que d'autres. La majorité des personnes auxquelles son organisme vient en aide sont des femmes et des immigrants. Deux communautés touchées de façon disproportionnée par la pauvreté.

Léonie Tchatat , directrice de La Passerelle-IDELéonie Tchatat affirme que certaines communautés sont plus touchées que d'autres par la pauvreté. Photo : Radio-Canada / Mathieu Simard

« Ça touche beaucoup les immigrants francophones. Ça touche les immigrants des minorités visibles qui arrivent avec des compétences, avec des connaissances, mais qui malheureusement à cause de barrières systémiques ou de barrières d'intégration ne peuvent pas véritablement survivre », dit-elle.

Quand on est une jeune femme noire, on vit la pauvreté différemment qu'une femme non noire.

Léonie Tchatat, La Passerelle-IDE

Les Autochtones continuent aussi d'être surreprésentés dans le portrait de la pauvreté en Ontario avec près de 50 % des enfants vivant dans une réserve qui sont dans le besoin.

Les recommandations du rapport

Le rapport exhorte les gouvernements à ajouter ou à bonifier des mesures concrètes pour venir en aide aux familles qui peinent à subsister.

Les auteurs y vont d'une liste de recommandations pour alléger la pression sur les familles à faible revenu comme la hausse du salaire minimum à 15 dollars de l'heure, la création de nouveaux logements sociaux, l’augmentation des prestations du programme d'aide sociale d'Ontario au Travail et du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées.

Campagne 2000 propose aussi la mise sur pied d'un programme universel de services de garde abordables.

Ontario

Enfance