•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des dirigeables pour le Cercle de feu?

Le dirigeable conçu par Lockheed Martin.

Le dirigeable conçu par Lockheed Martin.

Photo : Courtoisie : Hybrid Enterprises

Radio-Canada

L'entreprise Minéraux rares Quest prévoit utiliser des dirigeables pour le transport de minerai à compter de 2019. Le grand retour de ce vieux modèle d'aéronef est-il la solution au manque d'infrastructures dans le Nord de l'Ontario?

Un texte de Stéphany LaperrièreTwitterCourriel  

Plus d'un siècle après l'arrivée des premiers dirigeables, ce mode de transport refait surface sous une autre forme : le transport de marchandises.

Cette nouvelle technologie se distingue des modèles de dirigeables plus anciens qui ne permettaient pas le transport de marchandises, affirme Pierre Lortie de Minéraux Rares Quest.

Cette entreprise minière a conclu une entente avec Straightline Aviation pour transporter environ 200 000 tonnes de concentré de minerai de terres rares par année à l'aide de sept dirigeables de type LMH-1 construits par l'américaine Lockheed Martin.

L'exploitation de la mine de terres rares, située dans le nord du Québec, doit commencer en 2019, indique Pierre Lortie.

Déjà, d'autres entreprises minières de tout le Canada, notamment de l'Ontario, ont exprimé leur intérêt pour ces aéronefs.

« Nous sommes en discussion avec une douzaine de compagnies au Canada, en Alaska et ailleurs, qui saisissent l'utilité d'avoir recours aux dirigeables hybrides pour avoir accès à des coins reculés sans les coûts et les dommages à l'environnement associés au développement d'infrastructures », indique Mark Dory, président-directeur général de Straightline Aviation.

Capacités de chargement de plus en plus grandes

19 passagers, charge utile : 44 000 lbs, dimensions : 276'x75'x157', dimensions intérieures : 60’x10’x10’

LMH-1 dirigeable hybride - Les principaux chiffres

Photo : Courtoisie : Hybrid Enterprises

Straightline Aviation a l'intention d'acquérir 12 dirigeables LMH-1 pour ensuite offrir des services de transport de marchandises. L'entreprise s'intéresse au Cercle de feu.

« C'est dans notre ligne de mire », dit Mark Dory. « Il y a une limite à ce que je peux dire en ce qui concerne les clients avec qui nous sommes en discussion, mais c'est certainement une région dont on a connaissance. »

Pas pour tout type d'exploitation

Le professeur en gestion à l'Université du Manitoba, Barry Prentice, voit dans les dirigeables hybrides une solution au manque d'infrastructures dans le nord du pays.

« Les coûts pour construire des routes dans le Bouclier canadien et dans le Nord sont si élevés, qu'on ne peut simplement pas se le permettre », dit-il en soulignant également que la saison des routes de glace est de moins en moins longue.

Il reconnaît toutefois que les dirigeables ne conviennent pas nécessairement à tout type d'exploitation minière.

« Tout dépend de la distance à parcourir, de la dimension de la mine et de sa durée de vie », dit Barry Prentice. « Si vous avez un gisement aussi large que le Cercle de feu, qui peut être en exploitation 50 à 100 ans, c'est un endroit où vous devriez probablement construire une route », poursuit-il.

Cabine de pilotage avec vue sur un paysage

Cabine de pilotage du dirigeable hybride LMH-1

Photo : Courtoisie : Hybrid Enterprises

Autre facteur à prendre en compte : la valeur du minerai.

Le minerai de terres rares, comme celui qui sera transporté au Québec, se vend cher, explique Pierre Lortie, ce qui rend l'utilisation de dirigeables rentable.

« Pour les minéraux de base, le volume qui doit être transporté est beaucoup trop important pour les appareils actuels », dit-il.

Pour sa part, le directeur des opérations à Hybrid Entreprises, revendeur exclusif des dirigeables hybrides de Lockheed Martin, rappelle que ces dirigeables pourront contenir de plus en plus de minerais.

« Nous envisageons actuellement de construire le prochain modèle qui devrait contenir 70 à 90 tonnes et ensuite, près de 500 tonnes », dit-il. « Dès qu'on arrive dans ces dimensions, transporter des choses comme du concentré de cuivre, c'est très viable. »

La région du Cercle de feu contient du cuivre, du nickel et aussi ce qui semble être le plus important gisement mondial de chromite.

 

Les LMH-1 sont des dirigeables hybrides, c'est-à-dire qu'ils combinent la technologie des dirigeables classiques avec celle des aéronefs à moteur. Ainsi, l'hélium fournit 80 % de la portance des LMH-1 et quatre moteurs font le reste.

Étant plus lourds que l'air, les dirigeables hybrides offrent la stabilité au sol requise pour permettre le chargement de marchandises. Ils ne requièrent pas de piste d'atterrissage, car ils peuvent se poser sur différents types de surface, notamment la glace.

Lookheed Martin a déjà entamé la construction des LMH-1 et a déposé une demande de certification auprès de Transports Canada, requise pour l’exploitation de dirigeables à des fins commerciales.

Intérieur avec des caisses en bois, une voiture et des boîtes en métal.

Intérieur d'un dirigeable hybride LMH-1

Photo : Courtoisie : Hybrid Enterprises

Nord de l'Ontario

Métaux et minerais