•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pauvreté infantile : trois provinces de l'Atlantique dépassent la moyenne canadienne

Un nombre élevé d'enfants vivent dans la pauvreté.

1,3 million d'enfants canadiens vivent dans la pauvreté, selon le rapport de Campagne 2000.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador ont une proportion d'enfants pauvres plus grande que dans le reste du Canada, constate l'organisme Campagne 2000, dans son rapport annuel sur la pauvreté chez les enfants et les familles.

Un texte de Clara BaillotTwitterCourriel  

Le nom de l'organisme Campagne 2000 fait référence à la résolution de mettre fin à la pauvreté des enfants d'ici l'an 2000, adoptée à la Chambre des communes en 1989. Les chiffres de 2014, la dernière année pour laquelle des chiffres sont disponibles, ne montrent guère d'amélioration.

Selon ces données, 18,5 % des enfants vivent dans la pauvreté au Canada (19 % en 2013).

Ils sont 18,6 % à Terre-Neuve et Labrador et 21 % au Nouveau-Brunswick. En Nouvelle-Écosse, le chiffre atteint 22,5 %, le troisième taux le plus élevé à l'échelle nationale. Seule l'Île-du-Prince-Édouard fait mieux, avec 17,8 % d'enfants touchés par la pauvreté.

Jean-Claude Basque

Jean-Claude Basque

Photo : Radio-Canada / André Maillet

Au Nouveau-Brunswick, le coordonateur provincial du Front commun pour la justice sociale, Jean-Claude Basque, affirme qu'« il est décourageant de voir que même si nous avons un plan de réduction de la pauvreté dans la province, le taux de pauvreté chez les enfants continue d’augmenter ». Il était en effet de 19,8 % en 1989.

« La pauvreté infantile est encore importante au Canada. Il y a 1,3 million d'enfants qui vivent en situation de pauvreté. Ce qui indique que le gouvernement n'a pas encore accordé la priorité à la santé, au mieux-être et à la réussite des enfants », estime Rachel Gouin, directrice de recherche et de politiques publiques au sein des Repaires Jeunesse du Canada, membres de l'organisme Campagne 2000.

Le gouvernement fédéral de Justin Trudeau s'est engagé à lutter contre la pauvreté. La nouvelle allocation fédérale pour les enfants est distribuée depuis juillet dernier.

Pourquoi ces chiffres?

« On explique ces chiffres par la pauvreté familiale. S'il y a une précarité d'emploi, pas assez de ressources pour venir en aide à leur famille, leurs enfants en souffrent aussi », avance Rachel Gouin.

Pour y rémédier, le rapport recommande notamment une politique sur les garderies semblable à celle du Québec, qui a un taux de pauvreté infantile de 15,1 %, l'un des plus bas au pays.

Le rapport recommande notamment plus de places en garderie, à un prix abordable.

Photo : Radio-Canada

« L'accès aux garderies à frais modiques est très important, ce qui permet aux parents qui veulent travailler de pouvoir travailler, ce qui permet d'augmenter le revenu familial », juge Rachel Gouin.

Au Nouveau-Brunswick, le gouvernement de Brian Gallant a d'ailleurs fait du financement des garderies l'une des priorités de sa plateforme électorale en 2014.

Les libéraux avaient promis d'investir 120 millions de dollars pour créer 6000 nouvelles places en garderies, à partir du mois d'avril. Environ 1745 places auraient été créées jusqu'à présent.

L'insécurité alimentaire chez les enfants

Au Nouvelle-Écosse, 30,4 % des utilisateurs des banques alimentaires sont des familles avec enfants, selon le rapport de Campagne 2000. Le recours à ces aides a d'ailleurs bondi de plus de 20 % ces dernières années dans la province.

Pour réduire la pauvreté infantile, Campagne 2000 recommande notamment au gouvernement fédéral d'indexer l'Allocation canadienne pour les enfants au taux d'inflation, dès maintenant.

« Le gouvernement [fédéral] s'est engagé à l'indexer d'ici 2020, mais elle va perdre sa valeur d'ici là, ça va nuire aux familles. Il faut aussi s'assurer que les familles qui sont les plus à risque de pauvreté, les familles autochtones, les familles immigrantes et de réfugiés, puissent avoir accès à ces ressources », souligne Rachel Gouin.

Le rapport sonne aussi l'alerte à propos de la situation préoccupante des enfants dans les réserves autochtones, où 60 % d'entre eux vivent dans la pauvreté.

Nouveau-Brunswick

Enfance