•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Logos controversés : témoignage émouvant d’un militant autochtone à Mississauga

Photo des logos des équipes sportives Reps et Chiefs de Mississauga

Emblèmes des Reps et des Chiefs de Mississauga

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

C'est avec les larmes aux yeux et un mouchoir dans une main que Brad Gallant a témoigné devant le Tribunal des droits de la personne de l'Ontario, lundi, à Toronto. L'homme qui est membre de la bande Mi'kmaq a déposé une plainte auprès du Tribunal l'hiver dernier, affirmant que Mississauga soutenait des clubs sportifs locaux représentés par un logo raciste.

Un texte de Mélissa JosephTwitterCourriel 

Le père de famille de 48 ans dit ne pas se sentir à l'aise lorsqu'il assiste avec sa famille à des matchs des équipes de hockey junior Mississauga Chiefs et Reps.

Le logo de ces équipes est une caricature d'Autochtones, ce qui, selon lui, enfreint les droits de la personne.

C’est impossible pour moi de dissocier ces logos au contexte de colonisation et de racisme auquel mes ancêtres ont été confrontés.

Brad Gallant, plaignant
Photo du militant autochtone Brad Gallant qui quitte le Tribunal des droits de la personne à Toronto le 21 novembre.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le plaignant Brad Gallant

Photo : Radio-Canada

M. Gallant estime aussi que ces équipes maintiennent un climat hostile entre les Premières Nations et les Canadiens.

Le militant se désole de constater que Mississauga a cinq équipes dont l'emblème est désobligeant, selon lui.

Brad Gallant a fondu en larmes lorsqu'il a décrit que son intention n'était pas de pénaliser les joueurs des équipes ou les amateurs de hockey. Il dit vouloir faire tomber une barrière de préjugés qui empêche les membres des Premières Nations de s'intégrer et de détenir les mêmes droits que les Canadiens.

La Ville de Mississauga ainsi que les dirigeants des équipes sportives impliquées seront amenés à témoigner au cours des prochains jours.

De son côté, le Chef Stacey Laforme de la Première Nation New Credit de Mississauga n'a pas d'objection à ce que les Chiefs gardent leur nom. Il y voit une occasion de sensibiliser les jeunes aux enjeux autochtones.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Société